Lorsqu'un passé psychiatrique mine la crédibilité...

Répondre
Catnip
Messages : 202
Enregistré le : 16 juil. 2010, 15:18

Lorsqu'un passé psychiatrique mine la crédibilité...

Message par Catnip » 15 août 2012, 19:48

Des mois de frustrations, de découragement, de sentiment de solitude et d'incompréhension...

Voilà, je suis malade depuis plusieurs mois. Fatigue intense, manque de force, incapable de faire aucune activité physique, etc... Je dors beaucoup et je me sens très faible. Je ne suis pas en dépression, au contraire, j'ai une joie de vivre incroyable et je passe un très bel été mais je ne me sens pas bien physiquement. Au début de l'année j'ai commencé à avoir des problème avec ma température corporelle. Sentiment de fièvre, bouffées de chaleur, froid intense, fièvre passagère et puis pas la suite une inflammation au niveau du ventre affectant ma vessie s'est installée. S'était on and off mon affaire... Du coup, mon docteure m'a diagnostiqué une infection à l'utérus (pas une ITS lol). Après 4-5 mois de symptômes bizarres on m'a traité avec 3 différents antibiotiques afin de guérir l'infection qui s'est finalement avérée inexistante!!! Puis les symptômes sont restés présent puis d'autres se sont ajoutés...

J'ai commencé à avoir des nausées au quotidien et des problèmes gastriques, puis des vertiges, par la suite des étourdissements pendant des heures et des heures. Et mes mains se sont mises à s'engourdir et pour couronner le tout, j'ai commencé à avoir des palpitations cardiaques autant le jour que la nuit... Parfois, mon coeur me réveille la nuit. Il bat comme si j'étais sur l'adrénaline, sous le choc sans même que je rêve. Même que mon amie m'a réveillé l'autre nuit parce qu'elle trouvait que mon coeur battait drôlement fort. Mon médecin m'avait dit la même chose mais elle n'en n'a pas fait un ''cas''. Étant donné que mes tests sanguins n'ont pas révélé d'infection mon docteure m'a fait passé un bilan sanguin complet. Finalement, mes tests démontrent qu'il me manque des globules rouges, que mon taux de fer est bas (légère anémie), que mon taux de sucre est bas et que mon cholestérol est bas. J'étais surprise des résulats, quoi que je fais excessivement attention à ce que je mange mais il reste que je ne me prive pas de manger un McDo à minuit, une pointe de piz sur le pouce et des croissants pour déjeuner. Bref, mon docteure a conclut que je ne mange pas suffisament (passé des troubles alimentaires + mon obsession à ne pas prendre de poid) et pour s'assurer que je mange plus, que je prenne du poid et que je règle mon problème d'anémie, elle ne m'a pas donné de pilule de fer. Du coup, j'ai lu sur l'anémie et je me suis mise à changer mon alimentation, augmenter mon apport en fer et j'ai même modifié mes heures de repas en fonction de mon anémie. Je me suis reposée en masse(isolée dans le bois à chaque weekends, évitée la chaleur, restée loin des facteurs de stress auatant que possible), j'ai coupé toute alcool et même la caféine puis j'ai attendu.... et les jours passaient... et les semaines aussi et puis rien. Rien est arrivé...

Je vais toujours mal et même que c'est pire qu'avant. J'ai donc décidé de consulter un autre médecin afin d'obtenir des pilules de fer car je ne vais pas mieux. Le médecin en question a refusé de me donner des pilules de fer car il n'avait pas vu le rapport de mes prises de sang. Je comprends, il a raison de ne pas se fier seulement sur mon témoignage. Après 10 - 15 minutes de consultation, le docteur a penché son diagnostic sur la ''dépression accompagné de crises de paniques/crises d'anxiétés'' tout ça parce que je lui aie à peine glissé un mot sur mon passé psychiatrique... J'ai dû m'obstiner avec lui que mon problème est définitivement physique et non mental. J'étais tellement insistante qu'il a finit par mentionner ''mononucléose'' et il a décidé de me faire passer à nouveau un bilan sanguin complet. C'était un mercredi, le docteur m'a dit qu'il aura mes résultats vendredi et qu'il allait me téléphoner. Finalement, les jours passent et je n'ai pas de nouvelles. Je décide donc de téléphoner à la clinique en question. Malheureusement, on ne guérit pas de l'anémie du jour au lendemain donc mes rapports de prise de sang doivent certainement démontrer que mon fer est bas. Je téléphone et puis une gentille infirmière clinicienne décide de jeter un coup d'oeil aux résultats de mes examens. À ma grande surprise elle m'annonce que mon cholestérol et que mon sucre ont atteint un niveau très acceptable, voir presque normal et que mes globules rouges et mon fer ont augmenté mais que le problème n'est finalement pas là où l'on regarde parce que mes symptômes ne cessent pas.

Donc voilà, une me renvoit à Douglas (j'ai refusé le traitement lorsque l'hopital m'a contacté), l'autre me dit que je devrais peut-être reprendre ma thérapie parce que je souffre d'anxiété et probablement d'une dépression alors que mon problème est strictement relié à mon coeur et ma pression artérielle... C'est l'infirmière elle même qui a trouvé mon problème. Si l'on fait un retour de 15-20 ans en arrière, mon pédiatre m'a diagnostiqué un problème de pression orthostatique, c'est-à-dire que je tombe dans les pommes lorsque je change de position (assise à debout). Je savais que j'avais un problème de pression. J'ai des bébés symptômes depuis des années, genre une intolérance à la chaleur (bain chaud, sauna, douche trop chaude, canicule, etc.), étourdissements lorsque je change de position, parfois je perds conscience mais ça arrive rarement maintenant. Finalement mes symptômes se sont accentués (x1000), voir que je ne suis presque plus fonctionnelle et que je dois me battre à nouveau pour faire valoir mon point afin de rencontrer un cardiologue pour évaluer ma situation (à savoir si c'est strictement temporaire ou bien je vais finalement avoir besoin d'un traitement après tant d'années). C'est frustrant... Si je n'avais rien dis aux deux docteurs, les deux n'auraient pas sauté aux conclusions d'une maladie psychiatrique. Mais non, ils ont évoqué ça plutôt que de m'écouter... Je trouve ça injuste.

Pourquoi ai-je perdu autant ma crédibilité? Est-ce le prix à payer pour avoir une dossier psychiatrique?

Catnips
A first visit to a madhouse is always a shock. -Anna Freud

Astrid
Messages : 1241
Enregistré le : 06 déc. 2011, 18:59

Re: Lorsqu'un passé psychiatrique mine la crédibilité...

Message par Astrid » 15 août 2012, 21:16

:( ouin ça nous lâche pas facil le passé psychiatrique...

J'ai du vivre avec dernièrement mais ça c'est bien soldé au final!

tk ya du chemin a faire!!!

feemystere
Messages : 3873
Enregistré le : 31 oct. 2011, 22:50
Localisation : Montréal

Re: Lorsqu'un passé psychiatrique mine la crédibilité...

Message par feemystere » 15 août 2012, 22:47

Bonjour Catnip! Je n'ai vraiment pas beaucoup de temps pour t'écrire mais je t'ai lu et je ne pouvais pas quitter sans te saluer! Bien que ce soit dans de mauvaises circonstances (dans lesquelles tu te trouves), je suis contente de te lire ^^

Prend soin de toi et au plaisir de te relire! Tiens-nous au courant stp ;) :!: :idea:
«Une VRAIE RÉUSSITE inclut aussi la santé, l’énergie, l’amour de la vie, l’harmonie des relations, la liberté de créer, la stabilité émotionnelle et psychologique, le bien-être et la paix de l’esprit.»

Waldgänger
Messages : 812
Enregistré le : 11 juin 2011, 19:17

Re: Lorsqu'un passé psychiatrique mine la crédibilité...

Message par Waldgänger » 16 août 2012, 08:05

Bonjour Catnip,

Ne croie aucunement avoir perdu crédibilité mais la médecine est formé à l'empirisme, la pratique de celui-ci s'appuie sur l'expérience et l'observation et proscrit dans une certaine mesure le raisonnement ou l'abus du raisonnement. Ce qui implique que dans un entretien médical qui dure 30 minutes la pensée médical ne peut que s'appuyer sur son expérience et les observations qu'elle peut déduire.

La raison étant laissé au ''frigo'' i.e ''gardez la tête froide'', ce qui nous donne une certaine froideur dans la relation... ;) L'empathie que peut éprouver un médecin à l'égard d'un patient prends parfois des décennies!

Courage et prend soin de toi

Wald

ardens
Messages : 1717
Enregistré le : 15 févr. 2010, 19:44

Re: Lorsqu'un passé psychiatrique mine la crédibilité...

Message par ardens » 16 août 2012, 11:56

Salut, je pense que oui notre passé ou notre présent psychiatrique nous suit qu'on le veuille ou non.
J'ai consulté une chirurgienne l'automne passé pour des calculs biliaires. Elle a refusé de m'opérer. Elle est chirurgienne elle sait ce qu'elle a à faire. Mes problèmes relié à ça ne se sont pas réglés. J'ai consulté mon médecin et je lui en ai parlé. En regardant le rapport de la chirurgienne il s'est mis à me parler de mon anxiété et que c'était sûrement ça qui faisait augmenter mes symptômes. J'étais un peu fru de me faire dire ça. Je savais que ce n'était pas mon anxiété qui me causait mes malaises. Mais que pouvais-je dire :( Je pense que le fait que je prenne des antidépresseur a influencé ces deux médecins.
Ce qui devait arriver arriva j'ai dû aller à l'urgence pour des douleurs et le diagnostique je devais être opérer pour la vésicule biliaire. Avant d'être opéré j'ai dû passer des examens je n'aurais pas passé en temps normal. Mon médecin s'est excusé en disant que j'avais raison. Mais que lui ne pouvait pas faire grand chose étant donné que la chirurgienne avait décidé de ne pas m'opérer. Je pense quand même qu'il m'aurait référé à un autre chirurgien si je n'avais pris d'antidépresseurs.

Catnip
Messages : 202
Enregistré le : 16 juil. 2010, 15:18

Re: Lorsqu'un passé psychiatrique mine la crédibilité...

Message par Catnip » 16 août 2012, 16:25

Je suis vraiment désolée pour toi Ardens. C'est inacceptable de te faire refuser une chirurgie à cause d'un diagnostic d'anxiété. C'est à croire qu'un détour en psychiatrie nous fait faire un long détour à l'hopital général. Je ne comprends pas pourquoi que les médecins portent un tout autre regard sur notre dossier lorsqu'ils sont informés de notre condition présente ou passé.

C'est de la vieille histoire mon dossier psychiatrique. D'une part il y a de nombreuses erreurs dans le rapport et d'autre part, ils ont fait des erreurs de diagnostics. Si mon dossier était si ''parfait'', que tout semblait dans l'ordre, je n'aurais pas de problème qu'on l'utilise comme référence mais là on est loin d'un vrai diagnostic, d'un vrai traitement et des informations justes et véritables.

Dois-je attendre de m'écrouler au milieu de la rue pour me faire soigner!?!?! Mes rapports de prise de sang démontrent quand même quelque chose (et en fait je sais exactement pourquoi aujourd'hui que j'ai manqué de fer, etc...). Je rencontre mon médecin bientôt, j'espère qu'elle va m'écouter cette fois-ci...
A first visit to a madhouse is always a shock. -Anna Freud

lelg
Messages : 61
Enregistré le : 14 juil. 2012, 19:04

Re: Lorsqu'un passé psychiatrique mine la crédibilité...

Message par lelg » 16 août 2012, 17:20

Bonjour Capnip,

J’ai lu ton témoignage et ça m’a rappeler de nombreux souvenir. Moi aussi j’ai de la difficulté avec certains docteurs et psychiatres. J’pourrais te raconter mon histoire de A à Z, mais ça ne changerait rien.

J’peux te dire une fois, par contre : peu importe la spécialité du docteur, ce n’est pas un Dieu. Il mérite le respect ; mais comme on respect les gens en générale : plombier, chauffeur de taxi, docteur, pharmacien…

Souvent, on a tendance à sur-respecter les docteurs. Alors voila, y’a de mauvais mécanicien, non ? Hé bien, y’a aussi de mauvais docteurs. Y’a de très mauvais charpentier, y’a aussi de très mauvais docteurs.

Fait lui comprendre, au monsieur ou a la madame, qu’il n’est pas un Dieu ; que son traitement ne fonctionne pas, que tu as besoin d’aide et surtout, que cet aide t’es due. J’dis pas de lui crier après … seulement de mettre les choses au clair : tu payes son salaire. Le tout peut se dire dans un respect mutuel.

N’attend pas de « t'écrouler au milieu de la rue ». Impose ce respect. C’est toi la cliente.
"my senses have been stripped" - Dylan

Gentleman
Messages : 2283
Enregistré le : 14 févr. 2010, 07:10

Re: Lorsqu'un passé psychiatrique mine la crédibilité...

Message par Gentleman » 16 août 2012, 20:55

Allo Catnips

Je compatise avec toi,dans mon cas quand j'ai un problème physique et je consulte un docteur autre que mon docteur de famille,je tient mort mes problèmes d'anxiété et de dysthymie.Ensuite j'attends leur diagnostique,si par hasard il parle que se serait du peut etre relier a des troubles mentaux ,alors la oui j'ose lui en parler.

J,ai longtemps souffert de troubles intestinal,j'en souffre encore,ça pris du temps en tab.. pour avoir un diagnostique.J'ai suposément le syndrome du colon irritable mais ce problème la malheureusement se dévellope souvent chez les gens qui font du mauvais sang,des gens anxieux depuis longtemps.Un trouble physiue peut apporter un trouble mentaux et le contraire aussi.des troubles cardiaques se dévellope aussi souvent chez les anxieux.

Bien sur ,je ne dit pas que tes troubles psychologiques ont quelque chose avec tes troubles physiques , je suis pas docteur mais l'anxiété peut prendre souvent des tournure bizarre.J'ai même un problème de peau a cause de mon anxiété .La dépression peut faire baisser aussi le taux de sérotonine chez certain.

Je te souhaite bonne chance Catnips, des fois c'est long d'avoir un bon diagnostique mais faut tenir son boute.Lache pas.

bye

gentleman

taggy01
Messages : 211
Enregistré le : 26 août 2010, 09:22

Re: Lorsqu'un passé psychiatrique mine la crédibilité...

Message par taggy01 » 31 août 2012, 15:50

Moi aussi mon passé psychiatrique me lache pas, j'ai été hospitalisé après avoir fait la pire des crises d'angoisse de ma vie,je tolérais ça et sans médication,j'ai fait une tentative de suicide il y a 8ans. Je travaillais à domicile à l'époque et j'ai pris la décision d'arrêter ça nous avons réhypothéqué la maison et c'est ce que nous avons dit au notaire mais croyez le ou non il y a 2ans moi et mon nouveau conjoint avons acheté une maison,mais je ne pouvais être assuré assurance vie à l'achat de la maison car il y avait encore des traces de mon séjour à l'hôpital car mon ancienne maison avec mon ex nous avions fait affaire avec une autre caisse Desjardins, donc devinez la suite!!! Il mon dit que je pouvais faire une autre demande cette année car ça ne serait plus dans le dossier sur le coup j'étais mal à laisse avec ça et surtout en maudit car j'ai du expliquer ça à mon nouveau chum bien qu'il était au courant de mon anxiété il a été mis au courant de lhistoire de l'hypothèque et de toute cette histoire! :evil:

Répondre