Très intéressant comme texte de réflexion

Me Amore

Très intéressant comme texte de réflexion

Message par Me Amore » 15 févr. 2010, 16:23

Je viens de découvrir un texte de réflexion très intéressant qu'on peut consulter sur le site de l'AGIDD SMQ.
Le titre du texte est MYTHES EN DROIT DE LA SANTÉ MENTALE :
ENJEUX SOCIAUX ET JURIDIQUES
http://www.agidd.org/Mythes_2010.pdf" onclick="window.open(this.href);return false;

Me Amore :ugeek:

Me Amore

Re: Très intéressant comme texte de réflexion

Message par Me Amore » 15 févr. 2010, 20:09

Voici quelques passages "copier/coller"à retenir et qui m'ont accrochés:

...L’iniquité entre le «oui» et le «non»
L’expérience sur le terrain de groupes d’entraide et de défense des droits met en lumière la tendance à juger « aptes à consentir »les personnes utilisatrices qui acceptent leur traitement, sans jamais le remettre en cause. En contrepartie, les personnes qui refusent leur traitement, le questionnent, le contestent, ou qui cherchent à faire valoir leurs droits, sont davantage susceptibles d’être jugées « inaptes ».
...«L’appréciation de la compétence de l’individu n’est pas exempte d’éléments subjectifs susceptibles d’affecter l’impartialité de celui
qui effectue l’évaluation. À cet égard, on fait état de deux constats. Le premier porte sur la détermination du seuil de compétence en matière médicale même. Il semblerait que l’on tende parfois à juger apte la personne acceptant les conseils de son thérapeute, et inapte, celle qui les questionne et surtout, qui les refuse. Le deuxième constat est la tendance à inférer l’inaptitude à partir d’une décision qui ne semble pas rationnelle. L’iniquité qu’il y a à juger la compétence de la personne sur la base d’une décision qu’elle a prise plutôt que sur ses habiletés à prendre lesdites décisions est évidente. L’évaluation de la compétence doit être la plus objective possible. Lorsque la personne est jugée apte, elle est la mieux placée pour déterminer son propre intérêt et on n’a pas à contrôler sa décision une fois cette étape franchie. Il en est autrement lorsque son inaptitude est contestée. La poursuite du meilleur intérêt par la personne chargée de prises de décision pour elle en son nom devient alors une exigence.»

.... Le mythe du fou dangereux
«L'amalgame fait par le grand public, les médias et les politiques entre maladie mentale et violence doit cesser, car il est une violence de plus faite aux personnes malades. Cette idée reçue génère des peurs, des réactions de rejet qui entraînent de graves conséquences sur leur santé et sur leur vie. Cette "schizophobie", comme la xénophobie et l'homophobie, doit être combattue.»
-Vincent Girard, psychiatre

...Sur le plan social, nous avons vu que le mythe du pouvoir du sarrau constitue parfois un obstacle aux droits de la personne. L’expertise demeure un élément où le débalancement des forces peut devenir important lorsque la personne est confrontée à l’appareil judiciaire. Les courts délais, les coûts et la disponibilité des experts ne sont que quelques difficultés rencontrées par les personnes confrontées à une telle situation. Pour plusieurs, cela fait en sorte que le recours à la contreexpertise est peu ou pas utilisé. Il importe donc de rappeler certains principes relatifs à l’expertise. Rappelons également que « la valeur probante du témoignage de l’expert relève de l’appréciation du juge. Celui-ci n’est pas lié par l’opinion d’un expert. »
Premièrement, l’expert est là pour donner une opinion. ...
Pour qu’une expertise soit complète en matière de santé mentale, elle doit tenir compte de plusieurs éléments dont le diagnostic lui-même, les traits de personnalité de l’usager, son état, les problèmes physiques qu’il peut avoir,...
...« Le témoignage d’un expert, malgré la qualité de ce dernier, ne lie toutefois pas le tribunal. Ce témoignage est apprécié selon sa valeur probante de la même façon que le tribunal apprécie le témoignage d’un témoin ordinaire. »
D'OÙ L'IMPORTANCE DE PERMETTRE À LA PERSONNE ELLE-MÊME DE TÉMOIGNER ELLE MÊME SINON ON LAISSE TOUTE LA PLACE AU TÉMOIGNAGE DU PSYCHIATRE. Ça c'est moi qui l'ajoute. C'est entre autre ce que j'ai reproché à mon syndicat qui m'a formellement empêché de témoigner dans ma propre cause. Je suis en attente d'une réponse sous peu....
:mrgreen:
Retour au copier/coller du texte:
« il n’existe pas, dans notre droit, de présomption d’inaptitude du fait de recevoir des soins psychiatriques.»
...« Malgré l’importance des conséquences juridiques qu’elle entraîne, l’évaluation de l’inaptitude n’est pas chose facile et il faut se garder d’inférer trop facilement son existence en présence de certaines maladies, particulièrement la maladie mentale.»
...il importe de se rappeler un principe de base, énoncé à l’article 1 de la Déclaration universelle des droits de l’homme.
« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. »
Cet esprit de fraternité ne devrait-il pas être le principe toujours présent, en filigrane pour guider les décisions et les actions prises à l’égard des personnes atteintes d’un problème de santé mentale ? Ne devrions nous pas tenter de le mettre en oeuvre tous les jours, et ce, pour un respect plus complet du droit de ces personnes ?
...
CONCLUSION: «Je suis une personne, pas une maladie.» -Rapport Harnois
...Déjà, en 1989, la Politique de santé mentale du gouvernement du Québec faisait valoir que :« Ramenée à une série de symptômes et traitée comme telle, la personne malade se voit trop fréquemment isolée, coupée de ses liens, de son passé, de son environnement. C’est sa condition de malade qui prime. Peu engagée dans les décisions qui la concernent, elle est souvent peu informée, privée de l’exercice de ses rôles sociaux fondamentaux ou même lésée dans ses droits.104»
...Assurer un respect complet des règles de droit propres à la santé mentale constitue ainsi un défi quotidien qui ne peut être uniquement l’apanage des professionnels de la santé. Les décideurs et les avocats oeuvrant dans le domaine se doivent d’avoir toujours cet objectif en tête. N’est-ce pas là un devoir moral qui nous incombe ?

Je tenais à vous donner le goût d'aller lire au complet ce très bon et juste texte.

Me Amore :geek: :P

Jeff
Messages : 243
Enregistré le : 13 févr. 2010, 23:37

Re: Très intéressant comme texte de réflexion

Message par Jeff » 15 févr. 2010, 21:29

Bonjour Me Amore,

merci beaucoup de ta contribution.

Je suis parfaitement d'accord avec le résumé et je vais aller lire le texte complet.

Voici mon constat:

Plus on collabore avec le système, plus on a des "points" dans notre dossier.

De mon côté, j'ai beaucoup critiqué ce système et effectivement j'en ai payé le prix. Cependant, je m'assume de plus en plus et j'en arrive au point que je préfère être fidèle à moi-même plutôt que de me soumettre à des idées, des ordres que mon esprit invalide ou n'accepte pas, à tord ou à raison. Je suis intègre et je vais le rester. Je critique ouvertement ce système franchement à la face de mes thérapeutes et je le fais dans le respect malgré mes grandes frustrations. Je fais pas de cachette et le tout est consigné dans mon dossier.

Je vais continuer à me battre pour faire valoir mes droits et ma dignité même si l'adversaire est extrêmement puissant.

Je préfère une confrontation ouverte qu'à une alliance hypocrite et factice. J'espère qu'il apprécierons un jour ce respect déplaisant que j'ai pour eu.

Jeff

Me Amore

Re: Très intéressant comme texte de réflexion

Message par Me Amore » 16 févr. 2010, 00:03

Moi je n'en ai pas contre mes médecins traitants, ni contre le fait que l'on doive prendre une médication. Mais au médecin expert de l'employeur qui n'a été aucunement intègre dans ses expertises...qui n'a que rempli le mandat que lui donnait l'employeur pour empocher tous les milliers de dollars que lui ont donné ces expertises (qui n'étaient pas des expertises) et pour lequel il a mis sa signature au bout...des milliers de dollars des fonds publics. 6 expertises et deux arbitrages de griefs largement payés pour avoir raison d'une femme monoparentale de trois jeunes enfants à l'époque.
Le plus triste c'est de constater à quel point la maladie mentale est méconnue et tous les préjugés autour et malheureusement toute l'importance qu'on accorde aux témoignages d'un psychiatre par rapport à l'individu, la personne elle-même. Et pourtant s'il est un domaine où la personne devrait être au centre et où les décideurs devraient lui accorder une plus grande importance, c'est bien celui de la santé mentale.
Et c'est ce que le texte vient nous dire. Et c'est ce que j'ai fait valoir lors de l'audition devant la CRT. Parce que je me suis même fait dire que l'expert de l'employeur avait tout dit et qu'est-ce que mon témoignage (lors de l'arbitrage de mon grief) pouvait apporter de plus que ce que l'expert de l'employeur avait dit.

Voilà ce que ce texte dit: L'expert est un témoin ordinaire quant aux faits ...d'où l'importance de permettre à la première concernée de témoigner car sinon, c'est de laisser toute la place au témoignage du médecin de l'employeur. D'où la grave faute d'un syndicat qui permettrait ce genre de situation. Je n'en veux pas au monde syndical, ils m'ont formée, je suis née d'eux. C'est bien plus dure pour moi de les affronter...Alors, à l'instar du film d'Harry Potter, je mérite le 10 points de plus pour avoir affronter mes amis.

Me Amore

Jeff
Messages : 243
Enregistré le : 13 févr. 2010, 23:37

Re: Très intéressant comme texte de réflexion

Message par Jeff » 16 févr. 2010, 09:49

Je suis d'accord,

c'est surtout pour moi l'instrumentalisation des experts médico-légale en psychiatrie qui me pose un problème par les employeurs qui veulent enquêter, se débarrasser ou se venger d'un employé. On nous demande quelques signatures sur des consentements généraux qui tiennent sur à peine des demi-lignes alors que dans les faits ceux-ci ratissent larges. Si j'avais su ce que j'aurais subi comme humiliations et sallisage, j'aurais décliné l'invitation et gentiment remis ma démission.

J'en ai contre aussi le système psychiatrique en général mais c'est grandement moins intense.

À l'époque, j'avais confiance quand on m'a dit que l'expertise allait être juste et équitable. Bien que je reconnaît que l'expertise était juste sur certains points techniques, la manière dont elle était construite et l'ambiance qu'elle dégageait renvoyait une image largement négative et exagéré de ma personne.

Avec le constat d'échec de l'époque, je sais aujourd'hui que j'aurai jamais une expertise qui déclare que je suis apte à travaillé pour même un travail routinier qui demande à peine un secondaire V.

Évidemment, je suis apte à travailler puisque je le fais depuis de nombreuses années mais techniquement parlant je suis considéré comme inapte au travail parce que je n'ai jamais "avouer" ma maladie, donc je suis un inapte, incapable d'autocritique et incapable de gérer ma vie. Je sais aujourd'hui que ma "cote" sur l'échelle de fonctionnalité ne dépassera jamais 60. Pour avoir plus, il faudrait que je renie mes convictions et que je les tètent. Il n'en ai pas question.

Éventuellement, il est possible que j'essaie de notarier un document de refus à vie pour comparaître devant un expert médico-légal ( section psychiatrique ). Je ne veux plus jamais être évaluer mentalement car j'ai compris qu'à l'instant où on devient une personne capable de penser par elle-même, on est considéré comme un malade mental incluant toute les statuts se rattachant à celle-ci comme violent, épais, invalide, incapable de s'autogérer... L'étiquette de malade mental renferme tous les défauts de la terre.

Voilà le prix à payer quand on déplaît à une personne en situation d'autorité et qui est suceptible à fleur de peau. L'expertise est grosso modo une représaille de l'employeur et un outils de contrôle pour châtier une personne qui ne correspond pas au despotisme de l'employeur. C'est ce qui arrive quand on ne se met pas à genoux devant ces didacteurs aux caprices infantiles et infinis.

Pensez-vous vraiment qu'un employé va ressortir avec une opinion favorable devant un psychiatre payé par l'employeur? Voyons donc!, il faudrait vraiment être un déficient intellectuel gravement atteint pour croire qu'on aurait une évaluation juste et équitable devant une personne qui est juge et partit simultanément, alors qu'elle a les pleins pouvoirs devant une personne complètement démunie et qui va l'être encore plus après l'entrevue.

Ceci étant dit, félicitation Me Amore, je suis très agréablement surpris de la qualité du texte et je partage ce que les auteurs penses. Ça fait du bien. :P

Jeff

ardens
Messages : 1717
Enregistré le : 15 févr. 2010, 19:44

Re: Très intéressant comme texte de réflexion

Message par ardens » 16 févr. 2010, 12:46

Quelques mots pour simplement dire que je suis d'accord avec vous Me Amore et Jeff.
Moi aussi j'ai déjà eu une évaluation demandé par mon employeur et ça n'a pas été à mon avantage. J'ai dû retourner travailler et je n'était pas prêt à recommencer. Heureusement pour moi je pouvais prendre ma retraite un an après mon retour au travail. C'est ce que j'ai fait aussitôt que j'ai pu le faire. :lol: :lol:

Jeff
Messages : 243
Enregistré le : 13 févr. 2010, 23:37

Re: Très intéressant comme texte de réflexion

Message par Jeff » 16 févr. 2010, 19:29

Merci de ton commentaire Arden,

donc toi avec, ça t'a rien donné d'aller là.

Ça me fait penser à mon sujet ( Juste pour le fun ) où je cherchais quelqu'un qui a déjà décrocher un emploi en déclarant qu'il avait une maladie mentale au test médical. Jamais personne n'a donné une réponse positive!

On fait-tu une autre quête du Graal? Trouver quelqu'un qui s'est déjà présenté devant un expert en santé mentale et qui est ressortie avec une mention de bonne santé mentale et valide? :lol: :lol: :lol:

Jeff

Me Amore

Re: Très intéressant comme texte de réflexion

Message par Me Amore » 17 févr. 2010, 23:48

...Sur le plan social, nous avons vu que le mythe du pouvoir du sarrau constitue parfois un obstacle aux droits de la personne. L’expertise demeure un élément où le débalancement des forces peut devenir important lorsque la personne est confrontée à l’appareil judiciaire. Les courts délais, les coûts et la disponibilité des experts ne sont que quelques difficultés rencontrées par les personnes confrontées à une telle situation. Pour plusieurs, cela fait en sorte que le recours à la contreexpertise est peu ou pas utilisé. Il importe donc de rappeler certains principes relatifs à l’expertise. Rappelons également que « la valeur probante du témoignage de l’expert relève de l’appréciation du juge. Celui-ci n’est pas lié par l’opinion d’un expert. »
Premièrement, l’expert est là pour donner une opinion. ...
Pour qu’une expertise soit complète en matière de santé mentale, elle doit tenir compte de plusieurs éléments dont le diagnostic lui-même, les traits de personnalité de l’usager, son état, les problèmes physiques qu’il peut avoir,...
...« Le témoignage d’un expert, malgré la qualité de ce dernier, ne lie toutefois pas le tribunal. Ce témoignage est apprécié selon sa valeur probante de la même façon que le tribunal apprécie le témoignage d’un témoin ordinaire. »


Retenez surtout que le témoignage du patient, ou de la personne qui a SUBI une expertise est tout aussi important que le témoignage d'un psychiatre. Le fait d'avoir échappé votre parapluie par terre au bureau du psychiatre ne démontre nullement que vous étiez désorganisé, il faut une série de comportements qui accompagnent ce fait pour dire que vous étiez désorganisé et votre témoignage pour contrer ces affirmations gratuites et non appuyées de faits concrets est important. Souvent l'individu expertisé se sent tout à fait impuissant devant l'expertise psychiatrique qui le démolit et c'est cette vapeur qu'il nous faut renverser. Il ne faut plus avoir peur de replacer un expert médico légal abusif de nos droits. Moi aujourd'hui, avec ce que je connais et ce que j'ai pu analyser de mon dossier, si c'était à refaire, je porterais plainte sur le plan déontologique envers ce psychiatre et j'irais jusqu'à lui réclamer en respnsabilité civile pour le tort qu'il m'a causé ...Je sais que son bureau (je ne sais lequel des psy de son bureau)a eu une cause en responsabilité et ça ne me surprend pas. Ces médecins même s'ills font des expertises médico-légales sont tenus par leur code de déontologie. Ce ne sont pas tous les experts médico légaux qui sont ainsi, malheureusement ceux qui le sont, sont des taches pour la profession. J'avaiis une connaissance (un ancien ami à une certaine époque) qui est expert médico légal et il m'a dit un jour, "avec de l'argent, on peut tout trouver comme réponse ou explications pour mettre quelqu'un en boîte". Aujourd'hui je comprends ce qu'il a voulu dire il y a 10 ans environ. Il nous faudrait conscientisé le système judiciaire à cette réalité.
Il nous faut prendre la parole et reprendre notre pouvoir...
Me Amore

ardens
Messages : 1717
Enregistré le : 15 févr. 2010, 19:44

Re: Très intéressant comme texte de réflexion

Message par ardens » 18 févr. 2010, 10:38

Je suis tout à fait d'accord avec toi Me Amore et j'ajouterais aussi que les juges sont également influencés par le fait que l'accusé a de l'argent. S'il est riche il a plus de chance de mieux s'en sortir. :evil:

Me Amore

Re: Très intéressant comme texte de réflexion

Message par Me Amore » 20 févr. 2010, 02:22

Il y a encore des juges qui sont corrects. J'applique sur un poste ou plutôt un appel de candidature d'adjointe à la magistrature, je crois encore au système de justice. Il y a des lectures de bons jugements qui me permettent encore d'y croire. C'est par contre en effet malheureux que l'argent soit un pouvoir difficile à contourner...Mais l'affaire c'est surtout que si tu as beaucoup d'argent, tu risques d'avoir plus de personnes qui mettent leurs énergies sur un dossier (des avocats sénior plutôt que junior,etc...) et plus tu as une meilleure preuve, plus tu risques d'avoir un jugement favorable. Ce n'est pas que les juges soient pas impartiaux...le juge décide en fonction de la preuve. Mais il devrait des fois aller au delà de la preuve sur les questions de droit, car le droit c'est lui qui en est le spécialiste et même si l'avocat n'a pas parlé de telle décision juridique connue du juge, le juge doit tenir compte de cette décision si elle détermine le droit. Le plus grand problème c'est qu'on est souvent sur le plan financier en présence de forces inégales...
Moi les juges, j'ai eu de très bons contacts avec eux et je me vois les appuyer dans leur travail et tant mieux si je peux les aider un jour sur certains plans à mieux connaître certaines facettes...vu d'un autre côté.
J'applique cette semaine
Me Amore

Répondre