Petite fée a besoin d'aide!!

feemystere
Messages : 3873
Enregistré le : 31 oct. 2011, 22:50
Localisation : Montréal

Re: Petite fée a besoin d'aide!!

Message par feemystere » 14 avr. 2012, 17:24

Bon, je prends une pause pour écrire tout ce que j'aurais tant voulu écrire hier soir, ou plutôt ce matin...

Ces derniers jours je n'ai pas l'impression d'être là mentalement. J'agis par réflexe, mon corps me porte où il doit aller. Si on me demande d'aller faire une commission, j'y vais. S'il y a une assemblée générale, et que rien ne m'empêche d'y aller (ex: lundi je ne pourrai y aller pcq je vois le psychiatre), je me fais le devoir d'y aller. Je consacre aussi 1 journée par semaine à mon bénévolat, que j'aille bien ou non je dois y aller. Je garde aussi des enfants 1x semaine.

J'ai l'impression d'être dans un entre-deux et ce n'est pas la 1e fois que j'écris ça. Mais je le ressens comme ça, comment expliquer... Dans le fond c'est vraiment le mode survie qui est enclenché. Je ne vis pas pour moi, n'agis pas pour moi, ne prends pas vraiment de décisions pour moi. Je suis une ombre, un fantôme. J'ai l'impression que j'accumule et que d'un moment à l'autre, je vais exploser, agir. M'enfin...

Depuis mercredi je me sens surveillée par ma mère et ma petite soeur depuis l'histoire de la lettre trouvée et lue. Discussion avec ma soeur mercredi, je n'ai finalement pas pu échapper à une autre avec ma mère. Ça énerve, c'est redondant. Je suis présentement dans la lecture de plusieurs livres, je m'y engouffre. Hier j'ai passé la journée avec une amie et ça m'a fait du bien. C'est la seule avec qui je peux être une autre, avoir du plaisir sans m'inquiéter d'un éventuel silence ou malaise. J'étais tout le temps occupée, on a fait de la kinect et donc aujourd'hui je suis raquée dû à notre séance de sport d'une heure :lol: Nous avons fait à diner, on a regardé une émission (que ça m'avait manqué! ahhhh!! :) ), on a fait des bracelets et après souper, on a fait une petite commission avec sa mère. Dès que nous sommes sorties, ouff je ne sais pas ce qui s'est passé. Je riais pour rien, tout était bien drôle, un regard, une personne, un geste, une parole... Mon amie et moi rigolions bref et je me demande de quoi j'avais l'air devant la mère mouhaha :lol:

Après souper, je devais aller rejoindre ma grande soeur chez elle. Elle s'est donné la peine de me maquiller (je faisais surment dure, je ne m'arrange pas du tout). On devait passer une soirée entre soeurs, c'était le plan, et aller boire un drink au Trois Amigos. En sortant, ma soeur m'a dit qu'un ami qui travaille avec elle nous accompagnait. Ça ne m'enchantait pas vraiment au départ mais j'essayais de positiver « plus on est de fous plus on rit» genre. Jusque là ça allait, je ne me suis pas immicée entre eux. Donc dans le métro, je me suis tenue à l'écart et j'ai plongé dans mon roman même si ça déplaisait à ma soeur. Au Trois Amigos, j'ai été sage. J'ai pris un Pina Colada saveur de chocolat&bananes SANS alcool. Tout simplement pcq la dernière fois, j'avais trouvé que ça goutait trop fort... Eh bien j'ai été tout de même déçu. Je ne sais pas ce qu'ils ont mis sur le dessus, crème fouettée ou crème glacée?? Ça s'est mêlé au breuvage, en plus de la glace... La texture laissait à désirer et lorsque le tout à fondu, le goût était fade. Ça goutait la banane fondu genre, bref pas génial. Moi qui attendais ce moment depuis 5 mois :( Un moment donné, ma soeur et son ami ont émis l'hypothèse d'aller danser. J'ai dit non et pensais avoir été claire. Lorsque nous sommes sorties, on a marché, marché... Je me demandais où nous allions. Je l'ai demandé et j'ai reçu une réponse floue. J'ai compris que ma soeur suivait le gars, donc que moi je suivais ma soeur qui suivait le gars. Humm... Je pensais que peut-être ils avaient trop mangé et qu'au lieu de prendre le métro tout de suite, qu'on faisait un bout à pied. Eh non! Plutôt que de rebrousser chemin, aller vers la bonne direction pour le retour, on s'éloignait! Et là j'ai remarqué le coin dans lequel nous étions et nous avons atterri devant un club! J'ai dit à ma soeur que je ne voulais pas y aller. Elle m'a dit «mais t'es déjà sur place, alors reste!» Elle s'excitait, pensant me motiver. Me tirait presque les bras... Ma réponse était N-O-N!! La colère montait et je ne sais pas si j'essayais d'être méchante ou de calmer ma rage mais j'ai dit «si j'ai à y aller, ce ne sera pas avec toi mais avec mes amies!». J'ai aussi dit «je préfère lire plutôt que d'être là», en voulant dire être avec toi. On était dans un coin que je ne connais pas du tout, un coin où il y a des gars bizarre, du monde pas sobre surment... Ma soeur ne voulait même pas me laisser partir seule, elle qui est tout sauf protectrice. J'ai dit que j'étais majeure et vaccinée. Honnêtement, je préférais prendre le risque et rentrer chez moi plutôt que d'aller danser. Je précise que je n'y suis encore jamais allé. Donc je suis partie... Pas longtemps après, amalgame d'émotions. J'étais en colère et triste (mais d'où venait cette peine, aucune idée), j'avais les larmes aux yeux, je me suis sentie trahie, abandonnée par ma soeur. Surtout, j'avais l'impression d'avoir été manipulée. J'étais vraiment proche d'une crise. Je me retenais pour ne pas pleurer et si ça avait sorti, je pense que j'aurais déversé toutes les larmes retenues depuis plus de 3 mois. Je marchais vite, traversais aux lumières rouges, ne prenais pas en compte les voitures... J'ai du attendre le métro qui me rendait très impatiente. Il était minuit et j'étais très loin de ma destination. J'avais dans la tête de me lancer dans les railles de train. Grosses pensées suicidaires. Je suis arrivée chez moi à une heure du matin, ça m'a pris plus de temps que d'habitude avant d'aller me coucher, gros maquillage a enlever -_- Je me suis couchée à 1h30. Le seul avantage que ça a eu, c'est que je me suis vite endormie alors que ces temps-ci, l'insomnie me tient compagnie.

Aujourd'hui je me suis levée vers 9h je crois. J'aurais voulu dormir plus, je ne récupère pas... Je suis coupée de mes émotions et c'est tant mieux. Je me demande vraiment ce que mon r&v avec le psychiatre de lundi va apporter. On va surment aborder l'éventuelle thérapie (pour TPL). J'espère pouvoir lui parler, lui donner un aperçu de mon quotidien, je vais même lui montrer le journal de l'humeur. Malheureusement, ça ne parlera pas bcp je suppose puisque ça fait qu'un mois que je m'en sers. On verra.
Bon, je vais y aller. Désolé je sais que je suis dure à supporter/endurer. Je retourne à ma lecture compulsive de romans.
«Une VRAIE RÉUSSITE inclut aussi la santé, l’énergie, l’amour de la vie, l’harmonie des relations, la liberté de créer, la stabilité émotionnelle et psychologique, le bien-être et la paix de l’esprit.»

iza
Messages : 48
Enregistré le : 04 janv. 2012, 14:44

Re: Petite fée a besoin d'aide!!

Message par iza » 14 avr. 2012, 19:43

Salut Fée,

je me reconnais dans tes émotions intenses et ton impression que ça va exploser....on dirait que t'étais plus toute là hein ? Tout ça a dû éveiller trop d'émotions fortes en même temps. C'était trop intense et dur à tolérer on dirait...d'où l'envie de prendre le risque de te faire du mal...voire de disparaître...

Lâche pas...prends soin de toi et...peut-être un petit retour sur les événements avec ta soeur qui a, selon moi, manqué de considération envers toi....


Iza

Edgar
Messages : 956
Enregistré le : 18 nov. 2011, 19:52
Localisation : Lévis
Contact :

Re: Petite fée a besoin d'aide!!

Message par Edgar » 16 avr. 2012, 08:50

Bonjour Fée,

Je suis contente que tu aies pu passer une belle journée avec ton amie, être toi-même et t'amuser. Ça a dû te faire beaucoup de bien.

Je comprends que tu trouves redondant les discussions avec ta mère/soeur. Malheureusement, c'est souvent inévitable. Je sais que c'est cliché, mais elles le font parce qu'elles t'aiment et se font du soucis pour toi.

Pour ce qui est de ta grande soeur... Je trouve qu'elle a manqué de respect envers toi puisque tu lui avais dit non et qu'elle t'as entrainé quand même vers ce club. C'est bien que tu te sois affirmée et que tu aies décidé de partir. Tu n'avais pas à endurer ça si ça ne te tentais pas et elle aurait dû en tenir compte.

Pour le sommeil, tu pourrais peut-être essayer la mélatonine (vérifie le nom, je suis pas certaine). C'est un produit naturel qui aide à régulariser le sommeil. Un ami à moi en prenait et dans son cas, ça fonctionnait très bien.

Je te souhaite que ton rendez-vous avec ton psychiatre soit constructif et aidant. Tu peux lui parler de ton journal de l'humeur et peut-être que tu pourrais aussi lui montrer quelques trucs que tu écris ici...?

Et en passant, tu es une personne gentille, intelligente, sensible et agréable. Tu n'es pas difficile à "endurer" puisqu'on ne t'endure pas. On est ici par choix, on te lis et on te réponds parce qu'on t'aime bien et parce qu'on choisi de le faire. Et si on choisi de le faire, de te soutenir, parce que tu es une personne qui le mérite. (Enfin, je dis "on", mais je parle pour moi. Par contre, je pense que les autres doivent penser sensiblement la même chose...)

Je te souhaite une belle journée et un bon début de semaine malgré tout.

Edgar. xxx
« You have to die a few times before you can really live. »
- Charles Bukowski

feemystere
Messages : 3873
Enregistré le : 31 oct. 2011, 22:50
Localisation : Montréal

Re: Petite fée a besoin d'aide!!

Message par feemystere » 20 avr. 2012, 19:19

J'avais besoin d'écrire ici même. J'ai décidé cet après-midi d'écrire sur papier avant de venir ici et j'ai bien fait. J'ai une feuille recto-verso remplie et je sais que j'aurais pu écrire plus. J'ai ciblé l'essentiel de ce que je veux partager ici. Je vais essayer de résumer.

Tout d'abord, petit retour sur mon r&v avec le psychiatre de lundi matin. À cause que les démarches ont été longues et compliquées pour avoir droit à ce r&v, j'avais déduit qu'elle était contre moi et qu'elle était comme tous les autres (professionnels) que j'avais vu précédemment. Mais il s'est avéré que je me suis vite sentie en confiance et presqu'apaisée. J'étais un peu angoissée avant mais sa présence, son ton de voix, son non-verbal m'a fait du bien. Elle va me référer à la clinique externe pour TPL de l'Hôpital. D'ici quelques semaines, on devrait entrer en contact avec moi pour me poser l'habituelle série de questions. Quand ce sera chose faite, ils décideront si je fais la thérapie de groupe ou si je vais en hopital de jour. D'ici là, en cas de crise je peux aller à l'urgence (pas question!) ou appeler/aller au centre de crise. La psychiatre a évoqué la médication. En fait c'est drôle elle m'a demandé si je prenais des médicaments alors qu'elle ne m'en a jamais prescrit, ni elle ni personne. J'ai dit non et je ne sais plus pourquoi, peut-être parce qu'on a parlé de mon sommeil, elle a évoqué le Seroquel. Mais ce ne sera pas elle qui va me le prescrire. Je ne sais même pas s'il y aura une hypothèse d'écrit dans mon dossier. J'aurais peut-être du le demander... Bref. Je ne suis pas sortie de l'auberge, j'en ai encore pour quelqueS moiS d'attente. -_-

Ce qui m'amène à ceci: Même si l'hiver est derrière moi (c'était l'ENFER pendant cette période), je me vois dépérir. Niveau sommeil (insomnie), alimentation (contrôle, pensées obesessionnelles, restrictions...), vide... Je ne sais pas ce que c'est et j'en ai même pas parlé au psychiatre, ça m'est sorti de la tête. Je suis souvent absente. Je suis là de corps mais pas d'esprit. Et ce que je sois dans l'action ou non. Je suis beaucoup dans la fuite. Je n'ai aucune émotion, c'est à peine si je pense et je peux être longtemps sans parler. Tout dépendant où je suis et avec qui. De plus, je suis totalement isolée et seule. Je crois ne jamais avoir été aussi loin dans l'isolement. Je n'ai personne autour de moi, sauf une personne qui est dans ma vie surtout pour les apparences. Je suis là pour elle (écoute) et on s'occupe (kinect, bracelets, film/émission...). C'est tout. Je ne suis pas moi-même, ne me confie pas. Donc je suis renfermée. En plus je n'ai presque plus d'énergie. Ça me prend tout mon jus pour faire des trucs de base, exemple me laver, faire la vaisselle (découragement et impatience),sortir, faire des activités avec autrui (mon amie ou ma famille qui souhaitent que je leur gratifie de ma présence)... Tout m'ennuie et devient un poids, une contrainte et ce même si ce sont mes engagements: garder 1x semaine et bénévolat 1x semaine. Et puis, oui quand je suis en crise je suis impulsive et veux crever sur le champ. Je serais prête à n'importe quoi pour fuir cette vie que je n'aime pas, faire taire cette souffrance. Souffrance qui est tout sauf temporaire. Mais si je veux me supprimer, c'est vraiment parce que je ne veux pas exister et ce pour plein de raisons. Je déteste par ailleurs devoir rester pour les gens qui m'entourent, les protéger, me conformer à leurs désirs ou attentes. Je pense entre autres à ma famille. Je ne veux pas être méchante ceci dit, je les aime mais je devrais m'aimer moi-même et aimer la vie avant tout. Je ne veux pas vivre pour les autres, pour MOI. C'est donc rendu ma manière de raisonner, je suis lucide à ces moments-là. Ça revient donc à dire que je souhaite constamment mourir.

Enfin, je pense que j'en ai assez dit et puis ça ne sert à rien tout ça. Merci quand même de me lire. Vous pensez quoi de ce que j'ai écrit, qu'est-ce qui vous vient en tête en premier? N'importe quel avis est le bienvenu. Bonne fin de semaine!
«Une VRAIE RÉUSSITE inclut aussi la santé, l’énergie, l’amour de la vie, l’harmonie des relations, la liberté de créer, la stabilité émotionnelle et psychologique, le bien-être et la paix de l’esprit.»

feemystere
Messages : 3873
Enregistré le : 31 oct. 2011, 22:50
Localisation : Montréal

Re: Petite fée a besoin d'aide!!

Message par feemystere » 22 avr. 2012, 18:50

Je ne sais plus qui sur le forum a dit cela dernièrement mais je commence à croire que par moment, ma lucidité, mon bon raisonnement, me nuit. Je prends conscience de certaines choses, que j'oublie ou refoule parce qu'on me convainc de bien me porter, patienter etc. Mais ça revient toujours et je constate que rien ne change, qu'on veut me maintenir dans l'ombre, on veut que je reste calme et ne dise rien. J'en ai marre de me taire, d'endurer ma souffrance comme si elle était moindre. Je la sent grandit, elle m'envahit, elle me mène désormais. Je sens que la maladie gagne du terrain. Je suis en plein déclin et personne ne dit ou fait rien. Je suis plus capable d'endurer cet état permanent de déprime, de fatigue physique causé par le manque d'énergie, je suis une larve. Je n'ai plus de vie et je ne sais plus quoi faire. Il n'y a pas d'issue. Suis-je à ce point bonne actrice, est-ce que je suis incapable d'être honnête et vraie? Comment ça se fait que le psychiatre ne comprend rien, que les médecins ne voient rien et ne m'entendent pas?

Je n'en peux plus d'attendre, je ne suis pas une marionnette ni un chien à qui on peut dire «vas te coucher dans ta niche et attends que je t'appelle». Suis-je si insignifiante pour qu'on me prenne à la légère? C'est cela que je dois comprendre?

Je ne suis pas en crise. Même pas. Je me demande même si le raisonnement suivant est plausible: que mes crises suicidaires que tous aiment bien qualifier de TPL (et «normales») ne seraient pas un message de mon cerveau, mon corps qui réagit car il reste trop longtemps infonctionnel, quasi comatique?? Est-ce une réaction de mon organisme parce qu'il ne peut supporter le vide? Sans les crises, si elles n'existaient pas (et encore là elles sont minimes, je ne me mets pas en colère, ne crie pas, ne casse rien, ne perd pas la raison ou le controle ...) je serais dans une déprime constante. Ça fait un mois pile que je fais le journal de l'humeur et il se semble qu'il parle en maudit. J'ai bien hâte de voir pour le mois prochain. Ça s'annonce mal, et si ça continue comme ça je vais devoir agir. Je vais appeler le centre de crise un moment donné pour savoir ce qu'ils me proposent. Mais j'imagine que ce sera peine perdue. J'ai le mauvais pressentiment que je vais devoir passer par l'urgence psychiatrique. Si je dois m'y rendre, la petite fée tranquille n'aura plus sa place. Elle devra se montrer diabolique et futée.
«Une VRAIE RÉUSSITE inclut aussi la santé, l’énergie, l’amour de la vie, l’harmonie des relations, la liberté de créer, la stabilité émotionnelle et psychologique, le bien-être et la paix de l’esprit.»

iza
Messages : 48
Enregistré le : 04 janv. 2012, 14:44

Re: Petite fée a besoin d'aide!!

Message par iza » 22 avr. 2012, 20:51

Je te comprends ! Tu es une fille lucide, brillante, articulée. Et bravo pour ces qualités , elles te serviront toujours ! Mais en effet, devant une personne comme toi, les intervenants ont tendance à banaliser la souffrance, à se dire que tu es moins à risque que qlq'un qui est complètement mêlé, désorganisé. Dans un monde, un système, où les ressources sont limitées, les intervenants priorisent, gèrent les risques. Et pour eux, ton cas est moins risqué que celui de personnes qui ont moins de ressources que toi. Mais je suis loin de cautionner ce raisonnement !!!! Mais je l'ai vécu encore et encore moi-même. Combien de fois je me suis fait dire que j'étais lucide, que j'ai toutes les ressources qu'il faut pour m'en sortir (une psychiâtre a même déjà osé me dire que puisque j'ai un diplôme universitaire je ne devrais pas avoir besoin d'un suivi psychiatrique : incroyable non ?!!! Aucun problème de santé mentale chez les universitaires ???!!!)

Mais je crois qu'il est facile de tomber dans ce piège...i.e. de penser que la lucidité protège de tout. Mais c'Est faux...la souffrance est bien réelle, elle est sentie, et parfois j'ai l'impression que plus on la voit et qu'on la décortique, plus on est lucide, plus on se culpabilise et plus on devient gaga !!!!

Est-ce possible aussi que devant les intervenants tu aies l'air en super contrôle, très rationnelle, à côté de ta souffrance ? En fait moi j'suis comme ça...Alors on ne me prend pas au sérieux....Péter les plombs devant un intervenant ou quiconque...j'ai fait ça assez rarement.J'ai quand même explosé à ma façon...toujours contre moi-même, toujours dirigé vers l'intérieur.

Je ne crois que tu dois devenir diabolique....je crois que si t'en peux plus, oui tu dois te diriger vers les centres de crise ou à l'urgence psy. C'est toi qui sait comment tu te sens, si t'es à bout, écoute-toi...n'attends pas que ça dégénère, j'ai fait ça trop souvent et crois-moi, ce n'est pas gagnant. Même les pires gestes n'impressionnent pas les intervenants !!! Je crois qu'il faut y aller par la parole, laisser parler tes émotions...Enfin...il faudrait aussi que je l'expérimente mais rationnellement je crois que c'est ce qu'il y a de mieux.

Au plaisir

Iza

feemystere
Messages : 3873
Enregistré le : 31 oct. 2011, 22:50
Localisation : Montréal

Re: Petite fée a besoin d'aide!!

Message par feemystere » 22 avr. 2012, 21:40

Merci iza de ta réponse. J'espère que tu vas bien??

Pour répondre à ta question, c'est exactement ça: devant les professionnels, je suis posée, réfléchie, mature, le moins possible j'affiche mes émotions. Donc c'est la fille en contrôle et en possession de ses moyens qui est en face de la personne qui m'écoute parler. Ça fait que ma détresse ou souffrance n'est pas détectable ni même accessible. Ou bien j'étais spontanée et naturelle jusqu'à un certain point et ça faisait en sorte que j'étais incapable d'être précise et de cibler des choses. Ou bien je planifiais tout, ce qui faisait très machinal, très rationnel comme tu dis et ça manquait de sensibilité et d'ouverture. Je ne sais pas si ça fait du sens? Dans un cas comme dans l'autre, mon appel à l'aide et la compréhension étaient voués à l'échec.

En te lisant, j'ai réfléchi. Si je vais à l'urgence, à quoi puis-je m'attendre, que vais-je «recevoir»?? Pas grand chose car d'une manière ou d'une autre, je ne serai pas suivie avant des mois. Quoi d'autre? D'un coup qu'Il y aurait un déclic et qu'un psychiatre cède, je vais peut-être obtenir une médication. Mais encore?? Ok ça ne me satisferait pas à 100% Pourquoi? Parce que je vois un potentiel danger et un laissé-aller. Solution envisageable: appeler le CLSC et insister pour mettre une pression sur l'infirmière qui doit m'appeler et me poser une série de questions. Préparer justement cet éventuel questionnaire et mentionner que: c'est urgent, que je veux un r&v le plus tôt possible avec mon nouveau médecin (inconnu) pour lui parler de mon humeur pas mal dépressive (vérifier: dépression?) et envisager sérieusement une médication. Voilà. Et si rien ne bouge au CLSC, me rendre à l'urgence.

Encore là, ma situation voire ma vie dépend de ces êtres bornés qui se refusent à m'aider. Mais bon, un jour à la fois et je ne me gênerai pas pour intervenir et mettre la pression. Sur ce, je m'en vais lire. Merci encore xx
«Une VRAIE RÉUSSITE inclut aussi la santé, l’énergie, l’amour de la vie, l’harmonie des relations, la liberté de créer, la stabilité émotionnelle et psychologique, le bien-être et la paix de l’esprit.»

iza
Messages : 48
Enregistré le : 04 janv. 2012, 14:44

Re: Petite fée a besoin d'aide!!

Message par iza » 23 avr. 2012, 11:21

Bonjour Fée !

oui je vais bien merci !

Ce que tu dis a plein de sens ! Je comprends tout à fait, c'est moi tout craché !!!! La fille raisonnable et posée revient à la charge même quand c'est pas comme ça que je me sens en-dedans...tellement paradoxal !!!!

Selon moi , à l'urgence, si tu es en véritable crise et en danger pour toi-même, on te gardera et on te fera voir un psychiatre qui pourra décider de te médicamenter et de te suivre et peut-être d'accélérer ton entrée dans le programme à Loui H. Pour ça tu dois te présenter à Loui H. Mais ça, c'est le meilleur des scénarios....On peut t'offrir aussi beaucoup moins, disons que tu ne dois pas avoir trop d'attentes...Pour ma part, suite à une hospitalisation on m'avait rapidement acceptée à un programme TPL, donc ça peut accélérer les choses.

Qu'est-ce que tu veux dire par «je vois un potentiel de danger» ???

Je crois que ton option de faire pression auprès du CLSC est en effet la 1ère approche à privilégier. Et sinon, oui, va à l'hôpital et exprime toi réellement, laisse tes émotions dominer, même si c'est pas cohérent comme tu le voudrais, laisse ton coeur parler, laisse la rationnalité à la porte, ne fait pas de diagnostic à leur place !!!!

Je te comprends d'être frustrée...en attendant c'est toi qui subit et qui souffre. C'est vraiment inhumain.

Le centre de crise est parfois aussi une bonne alternative, ça dépend toujours sur quels intervenants tu tombes...Parfois qlq jours d'hébergement permettent de faire le point, de se refaire ses énergies.

Je ne sais pas si je t'aide...je te dis ce qui vient...

bonne journée !

Iza

Astrid
Messages : 1241
Enregistré le : 06 déc. 2011, 18:59

Re: Petite fée a besoin d'aide!!

Message par Astrid » 23 avr. 2012, 18:03

Yop
courage!

allez a l'urgence est lorsque nécessaire un bon moyen d'exprimer de façon clair, bien que de façon posé, l'urgence de la situation!

Etre rationnel et posé devant le doc avec 3-4 visite a l'Urgence est assez démonstratif d'une situation urgente dans notre vie quel quel soit.
Ceci dit, j'ai moi-même beaucoup de mal a me faire aidé lors de moment de crise alors j,te comprends. Mais si je peux me permmettre j'ai déjà une médication et une plan de traitement en cours ce qui change la done. Ben dans le sens où pour toi ça serait un moyen d'exposé les fait sans avoir a te casser le derrière a expliquer tous ça dans un bureau hors émotion et la tète vide pcq ce moment devant le Doc )moi personnelement) empêche de pensé normal anyway...
A l'urg ben tu dis pourquoi té là! Il note... le Doc le lis!

mais bon facil a dire et aussi le système je dois l'avouer est loin d'être parfait mais en ville vous êtes mieux graillé quand même un p'tit peu alors chu optimiste!

on lâche pas!!!

au plaisir
Modifié en dernier par Astrid le 24 avr. 2012, 12:10, modifié 1 fois.

feemystere
Messages : 3873
Enregistré le : 31 oct. 2011, 22:50
Localisation : Montréal

Re: Petite fée a besoin d'aide!!

Message par feemystere » 23 avr. 2012, 20:57

Merci de vos réponses, j'apprécie. Je reviens donner des nouvelles au cours de la semaine. Bonne semaine à vous, xx
«Une VRAIE RÉUSSITE inclut aussi la santé, l’énergie, l’amour de la vie, l’harmonie des relations, la liberté de créer, la stabilité émotionnelle et psychologique, le bien-être et la paix de l’esprit.»

Répondre