Partage Poésie

abano
Messages : 44
Enregistré le : 05 mars 2018, 06:12

Anonyme 2017 3

Message par abano » 14 mai 2018, 08:55

bonne soirée, j'ignore s'il est possible ou pas de poster en Anglais et je comprendrais parfaitement que ces vers anonymes soient supprimés. merci

CLOUD
FOUNDER GENTLY IN INFINITE.

seas
of things perhaps experienced
outside the memory of
space and time
and at each dawn you renew
the harmonious yearning
for worlds barely glimpsed,
hidden in the mists of reason.

all want to sow Dreams
beyond the limit
confounding the borders
of reason

so

I want to model the hand
of a man.......
Clint, in which
I can conceive
no suspicion of alms

and, after.......
every one who look at me,
and ask me
wether it is Truth or Dreams
I shall reply:what use is it?

In a thousand years
history will be legend
and legend history
and everything will be useless
cloud . :) :) :) :) :)

abano
Messages : 44
Enregistré le : 05 mars 2018, 06:12

De cendre et de coquelicot 1

Message par abano » 08 juin 2018, 05:38

poésie-prose-et mélodie, à bâtons rompus,

Le soleil s'est noyé dans la brume de chaleur de l'été renaissant,
les coquelicots se sont éteints,
un turban rose s'est élevé sur l'horizon de l'est,et
a glissé vers le sommet de la tête du ciel….

tes chiens ont aboyé ,

le Grand Silence s'est cristallisé sur les rochers violets,
- leur prisme apparent ne cessant de marquer l'extrême délimitation entre deux mondes:vivant et minéral; et puis
j'ai toujours été ainsi, à
capter à chacun de mes battements , l'âme du mort et du vivant;


quand subitement,



la MEMOIRE de SIRIUS s'est rallumée,
ne servit-il pas jadis à déterminer l'angle et le sommet que chacun habite aussi? à ce stade de la réflexion,
des cascades blanches ont jailli prodigieusement du zénith et c'est alors que,
,j'ai senti tourner
dangereusement l'ellipse… dans l'immensité&

pulvérisant tour à tour chacun des pétales de mon coque licot

une poussière d"étoiles
a résonné entre deux astres.

et toi, venu à ma rencontre,
tu te tenais debout près du rempart de roche, tout un symbole! c'est alors que
les cloches d'une autre mémoire ont produit un son aux harmonies aigües,
parce que selon le poète << la beauté est le commencement du terrible : l'Ange nous y frôle qui dédaigne de nous détruire>>.

d'ailleurs

La définition de l'HUMAIN tout comme celle de la BEAUTE ,échapperont toujours au SAVOIR.
ils ne connaitront pas la BEAUTE,
ceux qui la poursuivent avec facilité et tout à leur aise,
et la prennent pour un plaisir sur ajouté.

Mais ce besoin premier et viscéral, ce total abandon, cette quête ardente jusqu"à la fin des temps ,
plus propice aux pieds de la nuit complètement dévêtue,
la font étinceler dans nos sangs.

comme la santé retrouvée du malade,
comme le délicieux parfum de l'oliban,
comme le plaisir unique de nos corps enlacés un court instant
sous la voile de la Félukka, un jour de vent .

et,
nous nous sommes jetés à terre
scellés comme peuvent l'être les momies dont l'habit intérieur embaumé a remplacé les entrailles

tu me dis t'être fait violence
pour ne pas laisser sourdre les voix de ton cœur,et réfréner les connexions cérébrales...
et tu as fini par t'accoutumer à cette manière de communiquer
qui laisse à la langue le temps de tourner avant d'inutilement discourir.

apprendre à donner à la répartie orale ou écrite,
parfois réduite par l'activisme à des bribes énigmatiques,
la grandeur inestimable de la Révélation.

A+

abano
Messages : 44
Enregistré le : 05 mars 2018, 06:12

Re: Partage Poésie THOMAS A KEMPIS

Message par abano » 03 févr. 2019, 06:57

PAR DESSUS TOUS LES BIENS ET TOUS LES DONS DE LA NATURE.

<<Si ma bouche est muette,écoute mon silence,
Ecoute dans mon cœur une voix qui s'élance,
Là, d'un ton que jamais nul que toi n'entendit,
Cette voix sans parler te dit et te redit:

<<De l'angoisse qui m'accable
Daigne être le médecin,
Et d'une main charitable
Dissipes en le chagrin.

<<Sous les misères humaines,
Infecté de leur poison,
et tout chargé de leurs chaînes,
je languis comme en prison,
<<Jusqu'à ce que Ta lumière
y répande sa clarté,
Et que Ta faveur entière
Me rende ma liberté,

<<Jusqu'à ce qu'après l'orage,
La nuit faisant place au jour,
Tu me montres un visage
Qui soit pour moi plein d'amour.>>

Que d'autres ,enivrès de leurs folles pensées,
Suivent au lieu de Toi leurs ardeurs insensées;
Que le reste du monde attache ses plaisirs
Aux frivoles objets de ses bouillants désirs:
Rien ne me plaît, rien ne pourra
[me plaire
Que Toi, qui seul de l'âme ès l'espoir salutaire.

Thomas A Kempis ,1380-1471 trad de pierre Corneille.

Ouena
Messages : 1752
Enregistré le : 23 juin 2014, 10:12

Re: Partage Poésie

Message par Ouena » 03 févr. 2019, 08:39

Merci Abano c'est un très beau poème. À mon tour je vous partage mon poème préféré de Rimbaud

Rêvé pour l’hiver
Arthur Rimbaud

L’hiver, nous irons dans un petit wagon rose
Avec des coussins bleus.
Nous serons bien. Un nid de baisers fous repose
Dans chaque coin moelleux.

Tu fermeras l’oeil, pour ne point voir, par la glace,
Grimacer les ombres des soirs,
Ces monstruosités hargneuses, populace
De démons noirs et de loups noirs.

Puis tu te sentiras la joue égratignée…
Un petit baiser, comme une folle araignée,
Te courra par le cou…

Et tu me diras : » Cherche ! » en inclinant la tête,
– Et nous prendrons du temps à trouver cette bête
– Qui voyage beaucoup…

Arthur Rimbaud

En wagon, le 7 octobre 1870

abano
Messages : 44
Enregistré le : 05 mars 2018, 06:12

Re: Partage Poésie

Message par abano » 10 févr. 2019, 06:59

Merci OUENA pour ce poème de Rimbaud.
un hymne à la sécurité dans un monde hostile qui nous plonge dans une expérience aussi spirituelle que sensible, dans la profondeur de <<ces coins moelleux>> d'un monde illimité où le rose et le bleu sont le premier plan,le réel ..

voici cette strophe connue de Victor Hugo
SOUVENIRS
<<les souvenirs sont nos forces.
Quand la nuit essaie de revenir,
il faut allumer les grandes dates,
comme on allume les flambeaux.>>

Avatar du membre
1Furtif
Messages : 159
Enregistré le : 26 févr. 2018, 00:15
Localisation : Montréal

Re: Partage Poésie

Message par 1Furtif » 11 févr. 2019, 02:05

W.B. Yeats

He wishes for the Cloths of Heaven

Had I the heavens’ embroidered cloths,
Enwrought with golden and silver light,
The blue and the dim and the dark cloths
Of night and light and the half-light,
I would spread the cloths under your feet:
But I, being poor, have only my dreams;
I have spread my dreams under your feet;
Tread softly because you tread on my dreams.

De son désir de Cape Céleste

Si les cieux avaient brodé sur ma cape
L’or du soleil l’argent de la lune
Noire, obscure, sombre cape
De nuit, de lune, de quart de lune
J’aurais répandu cette cape à tes pieds
Mais (tant je suis pauvre) je n’ai que mes rêves
J’ai répandu mes rêves à tes pieds
Marche légèrement : tu marches sur mes rêves
I hate myself and I want to kill myself.

abano
Messages : 44
Enregistré le : 05 mars 2018, 06:12

Re: Partage PoésieDE LA FAMILLE DE L'INFINI I

Message par abano » 11 févr. 2019, 08:43

Merci à furtif pour ce beau poème en ce( 11 février , date de l'anniversaire de naissance d'un être très cher à mon cœur, qui ne disait pas autre chose .)

pour ce qui est du poème de Rimbaud posté par Ouena:
je souhaite ajouter qu'il se dégage à la fois une sagesse subversive,aimable, et simple, dont un philosophe de la joie pourrait détenir la clé;

-"tu me diras Cherche>>
et nous prendrons du temps.>>
du temps de la jouissance maîtrisée, persuadés que seuls des êtres libres se reconnaissent sans calculs ni servilité; sans doute est-ce sur la base de cet
accomplissement réfléchi du désir que ces êtres en wagon coloré peuvent se sentir exister sans subir ni souffrir.
-attentifs à la prudence autant qu'à l'audace.
-le but étant pour chacun des deux passagers d'accéder à une forme d'éternité dans les coussins moelleux de sa perennité:sa valeur fondée sur son éthique concrète.
-sur les rails,chacun d'eux semble être une extension de ce qu"'il" voulait pour lui-même, et plus il devient dépendant de l'autre,plus "il" gagne d'indépendance dans sa vie.

abano
Messages : 44
Enregistré le : 05 mars 2018, 06:12

Re: Partage PoésieDE LA FAMILLE de L'INFINI II

Message par abano » 11 févr. 2019, 09:12

Salut, Ô vent! il te salue,
celui qui erre dans la nuit en quête de lumière,
celui qui cherche le mystique pays d'où il vient:
Ô vent, je ne suis pas humain:
je suis un étranger,
venu d'une autre planète.
Est-ce de la même planète
que tu es venu, toi, le vent?
je respire comme un homme,
je vois avec les yeux d'un homme
mais je ne suis pas un homme.
Ô vent qui bruis dans la forêt,
qui chuchotes inlassablement,
qui tristement soupires,
qui cours à jamais
sur les rives d'un invisible fleuve
né de la nuit:
toi qui n'existes
qu'en une substance quasi tangible,
qui transportes et n'es jamais transporté!
Ô vent, je te salue:
toi seul habites ce monde
auquel j'appartiens;
car je suis une ombre sans corps
venue des profondeurs inconnues
du pays inaccessible
né de l'écume,
transporté par le courant…
Ô essence même de la pureté,
moi aussi, je suis matière.
je suis interchangeable,
je suis énergie, je suis Un,
unique et indivisible,
seul avec toutes les abstractions
étrangères à cette terre
vouée à l'impur.
je suis de ta famille, Ô vent!
je te connais comme je me connais.
Tu viens du monde qui est le mien,
tu as franchi le temps.

De la Famille de L'Infini.

Poème de Somtow Sucharitkul
publié dans le Bangkok Post,
le dimanche 17 septembre 1967.

abano
Messages : 44
Enregistré le : 05 mars 2018, 06:12

Re: Partage PoésieLa nuit du temps se rajeunit

Message par abano » 22 févr. 2019, 07:38

<<De laisser mon âme communier
avec le silence s'harmoniser.
Quelque chose de sourd me fit penser
qu'enfin, ici, ma route s'arrêtait.
Le doux regard des basses maisons
dont la lueur disait l'éternité
ravivait en moi la Belle Saison
de mon enfance jamais oubliée.
je n'avais jamais vu ce village
qui semblait surgir du fond des âges,
mais à la fumée calme des toits,
je disais: "Ici, je suis chez moi.">>

NOVALIS poète romantique du 18°s

[retour au corps ,à soi, son véritable <<chez soi >>]

Ouena
Messages : 1752
Enregistré le : 23 juin 2014, 10:12

Re: Partage Poésie

Message par Ouena » 22 févr. 2019, 07:40

Merci pour ce beau poème!!!!

Répondre