Partage Poésie

abano
Messages : 85
Enregistré le : 05 mars 2018, 06:12

Re: Partage Poésie symbole

Message par abano » 25 févr. 2019, 09:13

Merci à vous Ouena.


<<Je suis le centre, le foyer, la source sainte
D'où torrentiellement s'élance tout désir,
Et vers quoi tout désir, divers quand il se brise,
Finit par revenir ,apaisé ,se rejoindre.>>

L'Arbre de grâce, approche-le,
Ecoute en toi l'appel secret:
Une flamme en vient qui se lève
Et dévore le mauvais rêve.
Sauvé, tu seras par un Ange,
A nouveau tiré sur la plage,
D'où tu contempleras, là-bas,
Tout joyeux la Terre promise.>>

NOVALIS.

(( J'aime aussi quand il emploie le langage symbolique,
l'Arbre de vie, comme la croix ,nous appelle à vivre, les notions
d'Eternité et d'Humanité.))

abano
Messages : 85
Enregistré le : 05 mars 2018, 06:12

Re: Partage PoésieAvoir vu,c'est, à jamais, savoir.

Message par abano » 03 mars 2019, 22:21

[Aujourd'hui le rideau est baissé,
Le voile est tiré sur la face,
Du monde rien, autre que son apparence,
Arbre, mur en briques, feuilles de lierre

un oiseau
surgit de la poussière
Il en a la couleur. Rien
n'a de sens ni n'est.

Mais j'ai vu un jour
les mailles de la poussière dont est tissé le tout
Autrement. Avoir vu
C'est, à jamais, savoir.]

Kathleen Raine.

Today the curtain is down,
The veil is drawn over the face,
World only its aspect,
Tree, brick wall,dusty leaves

Of ivy, a bird
Shaken loos from the dust
It is the colour of. Nothing
Means or is.

Yet I saw once
The woven light of which all these are made
Otherwise than this. To have seen
Is to know Always.

Avoir vu , c'est , à jamais,savoir!
La beauté maintient en vie cette connaissance.

<<Avez vous été lus par de bons livres? >> W.H. Auden
les bons livres nous lisent .Ils donnent une forme à notre expérience pour que,
en lisant l'histoire, nous nous trouvions à l'intérieur, découvrions qui nous sommes
et où nous allons.

abano
Messages : 85
Enregistré le : 05 mars 2018, 06:12

Re: Partage Poésie JOURS DE BETON

Message par abano » 07 mars 2019, 04:08

[N'aie pas peur ,éclaire le profond de ton corps
Vois le plus sacré, le plus secret de ta mémoire
Secrète. Et regarde l'envers du miroir.
Je te dis:<<L'envers de la vie n'est pas la mort.>>

Eclaire le fond de ton âme, n'aie pas peur
de ses ombres troubles; n'aie plus peur de ta
[peur.

La nuit a toujours une étoile pour lueur,
Vois le noir et sa lumière, Crie et pleure.
je te le redis:<<Ecris et crie et pleure…>>

Pars en dedans de toi et refais le chemin,
L'enfant qui naît , naît du noir vers la lumière,
Toi, laisse hors de tout <<ça<>> ta part de Demain,
je te dis:<<Respire . Inspire. Expire ton Hier…>>

Paul CHAULOT extrait de la poétique de la rêverie.

et
<<… Le monde chancelle
lorsque je tiens de mon passé
de quoi vivre au fond de moi-même .>> P. CHAULOT

(expérimentation douloureuse et difficile , pour accéder à <<certitude de vie>> manifestée
par l'énergie libérée et perçue.)

abano
Messages : 85
Enregistré le : 05 mars 2018, 06:12

Re: Partage Poésie A Syllabe

Message par abano » 08 mars 2019, 11:12

<< Si lèvre mortelle pouvait pressentir

La densité de charge

D'une syllabe qu'on émet, elle

Croulerait sous le poids.>>

Emily DICKINSON, << A Syllabe >>.

<<Could mortal lip divine/

The undeveloped freight/

Of a delivered syllabe /

T" would crumble at the weight.>>

abano
Messages : 85
Enregistré le : 05 mars 2018, 06:12

Re: Partage PoésieDe l'abandon interieur

Message par abano » 09 mars 2019, 05:55

[ Je veux aller courir parmi le monde,
Où je vivrai comme un enfant perdu,
car
J'ai pris l'humeur d'une âme vagabonde;

Ce m'est tout un , que je vive ou je meure,
Il me suffit que l'amour me demeure.

Pauvre et content , j'irai chercher fortune,
Par un chemin que je n'ai jamais su,
J'ai pour logis la campagne commune,
Où je serai toujours le bien reçu.

Allons, Amour, allons à l'aventure,
Avec toi je n'appréhende rien,
Quelque travail que souffre la nature
Te possédant je serai toujours bien.

Si je m'en vais marchant dessus la terre,
Sans rencontrer un seul morceau de pain,
Lors je ferai comme on fait à la guerre,
S'il n'y en a , faudra mourir de faim.

Je ne veux plus ni :roll: lettres, ni science,
J'aime bien mieux demeurer ignorant
J'ai tout remis jusqu'à ma conscience,
Puisque l'Amour en veut être garant.

Si les voleurs trouvés en mon voyage,
Veulent m'ôter ce que j'aurai sur moi,
Je leur laisserai , de bon cœur mon bagage,
Et m'en irai sans peur et sans émoi.

Si quelquefois quand le soleil se couche,
Je ne suis pas au logis retiré,
Je prendrai gîte auprès de quelque souche
Content de m'être en chemin égaré.

Si je me vois surpris de maladie,
Dans un buisson je prendrai mon repos,
S'il me convient d'y voir finir ma vie,
J'y laisserais pour les gages mes os.

Si mes amis les plus chers m'abandonnent,
Si mes parents m'appellent insensé,
Je chanterai pour les biens qu'ils me donnent
Pourvu qu'amour ne m'ait point délaissé.

Ô doux Amour, en qui je me repose,
Que tu m'as bien de souci déchargé!
Perdre ou gagner m'est une même chose,
Depuis qu'amour mon esprit a changé.

JEAN-JOSEPH SURIN. suite 2 :roll:

abano
Messages : 85
Enregistré le : 05 mars 2018, 06:12

Re: Partage PoésieDE l'abandon interieur2

Message par abano » 09 mars 2019, 06:14

suite 2

[<< De tous les maux je ne fais plus que rire,
Je suis exempt de crainte et de désir:
S'il faut avoir le meilleur ou le pire,
Je m'en remets à qui voudra choisir.

Si de la mer je touche le rivage,
Et que l'Amour d'y voguer m'est permis,
Dans un vaisseau sans voile et sans cordage,
J'irai partout malgré mes ennemis.

J'aime bien mieux souffrir l'injuste blâme,
de ces prudents qui craignent de périr;
Qu'en conservant trop chèrement mon âme,
Ne rien risquer, et ne rien conquérir.

Je ne prétends avoir d'autre conquête,
En m'exposant à la rage des flots,
Que de pouvoir , nonobstant la tempête,
Prendre en amour, un paisible repos.

Allons, Amour, au plus fort de l'orage,
Que l'Océan renverse tout sur moi:
J'aime bien mieux me perdre avec courage,
En te suivant que me sauver sans Toi.

Ce m'est tout un, que je vive ou je meure,
Il me suffit que l'Amour me demeure. >>]

JEAN-JOSEPH SURIN , 1600-1665

Ouena
Messages : 2037
Enregistré le : 23 juin 2014, 10:12

Re: Partage Poésie

Message par Ouena » 10 mars 2019, 08:49

Merci pour beau poeme, a-t'il un titre?

abano
Messages : 85
Enregistré le : 05 mars 2018, 06:12

Re: Partage Poésie

Message par abano » 10 mars 2019, 12:33

bonjour Ouena

le titre de ce poème est:

De l'abandon intérieur
pour se disposer à la perfection de l'Amour divin .
:)

abano
Messages : 85
Enregistré le : 05 mars 2018, 06:12

Re: Partage PoésieDECONSTRUCTION

Message par abano » 16 mars 2019, 06:48

Personnellement je pense que la liberté a un prix
cela se traduit parfois par la désorganisation des structures mentales préétablies dont le langage et la syntaxe.

donc voici ce texte à bâtons rompus, écrit pour mes deux amis du Québec qui m'ont accueilli avec leur cœur.
x Leblanc C----, et P . Proven----.

Quand le soleil recouvre
de sa pâleur ictérique
les derniers reflets cuivrés
des forêts d'érables,

Mes mots se mettent à twister
sur l'horizon glacé des grands lacs,
des mots tout ravis pour ces soirs
où tout semble reposer dans le noir.

la guedille au nez
attache ta tuque
enfile mitaine.

En une vaste fiction
des hommes s'uniront pour libérer le lac
que le fleuve traverse
en amont de leur base,
des aéroglisseurs brisent
la glace des grandes battures
sous le pont métallique laViolette
en fin d'hiver
A trois rivières en amont de Kébec,
l'Algonquine, l'Hurone, l'Iroquoise,

AVEC INFINIMENT DE REGRETS DANS MES CHAIRS.

Chasseur e d'Atmosphères,
des forces
Son Or
disent la Catharsis du silence.

Maskinonge, La rivière du Loup, Sainte Anne, Batiscan, Sacacomie. :)
_____________

et voici un texte de:Philippe Lacoue-Labarthe.

Petit poème
de Rien ne
cherche pas à partir
Il est en
train de te faire
sien.

Petit poème du non-dire
ne te dans l'éloquence
noie pas
il est en
train
-tes plus purs silences-
de lire.

<<telle est la solitude du poème et ce qui l'oblige non pas à constituer un idiolecte , mais à défaire le langage sémantiquement et syntaxiquement ….à le condenser jusqu'à cette résistance à quoi l'on reconnait une voix singulière, c'est-à dire départagée de la
langue et du langage.>> Philippe Lacoue-Labarthe.

Ouena
Messages : 2037
Enregistré le : 23 juin 2014, 10:12

Re: Partage Poésie

Message par Ouena » 16 mars 2019, 09:16

J'aime! :P

Répondre