hommage à la maladie bipolaire

(maniaco-dépression)
Avatar du membre
kayaka
Messages : 234
Enregistré le : 16 févr. 2010, 18:53

Re: hommage à la maladie bipolaire

Message par kayaka »

Bonjour Cathnip...Ma colère étant passé: j'ai ce tempéramment tu me pardonnera...Je fais un ¨méaculpa¨ la dessus...J'aimerais réagir à ton message dont tu as réagit au mien...

Alors, je te cite...


....¨Je crois pas qu'il faut nécessairement être malade pour grandir. Il suffit qu'une expérience (positive ou négative) pour en apprendre davantage sur nous...

- et je répond: Je suis d'accord...

...Et Rendre hommage à une maladie, à mon avis c'est un peu poussé....

- et je répond: tu as le droit d'avoir ton opinion là-dessus. Un hommage c'est vrai que c'est gros mais pris au deuxième degré ca veut dire ce que ca veut dire...

... Je vois ça d'une façon très négative. C'est comme si je me réveillerais à chaque matin en me disant ''Bonjour bipolaire, contente de te revoir''. Quand je lis ton texte, je me sens comme si je suis malade et pour la vie... Marié avec la bipolarité, pour le meilleur et pour le pire. Je vois aussi ça comme mes futurs expériences seront liées à la maladie. Un échec dans mes étude = bipolaire. Une dépense exagérée = bipolaire. Une soirée trop arrosée dans un bar = bipolaire....

Et je répond: dans mon cas...Oui je suis bipolaire...Marié avec elle pour la vie à moins qu'on trouve un jour la facon de guérir la maladie car C'EST une maladie...Pour le meilleur et pour le pire...Oui je le pense, je me bat avec elle tout les jours car nous nous influencons mutuellement les une les autres (un peu trop de stress? les neuronnes s'activent et oups...Les neuronnes s'activent= génere du stress. La poule ou l'oeuf?): elle avec la maladie et moi avec mon tempérament et ce que je suis...Nous vivons ensemble quotidennement et c'est ok pour moi...

Les échec du futures ne seront pas forcément liés à la maladie bien au contraire...Mais on peut toujours se questionner sur son impact par contre... Et ce qu'on apprit d'elle peut nous donner de sérieux coup de pouce pour le reste...

la ou je te rejoint parfaitement cependant c'est pour une chose...Actuellement je fais des migraines depuis un an. Je suis en arrêt pour une rechute qui s'est échelonnée sur 8 mois et que je n'ai pas vu venir. Mon psychiatre dit que ces migraines sont liés à la maladie...Moi j'ai jamais eu de migraines avant...La je met une bémole...Je vais demander des investigation plus poussées. C'est trop facile de dire; oui c'est la maladie qui fait ca; car on peut lui donner beaucoup de choses à la maladie...Si après les investigations y'a rien (incluant un Taco du cerveau) j'acheterai l'idée que ce soit une conséquence de la maladie.


....¨Sans la maladie tu aurai vécu des expériences différentes qui selon moi, tu en aurai aussi appris sur toi. Des expériences autant positives que négatives. Tes intérêts seraient différents que ceux que tu as aujourd'hui ou ceux que tu avais il y a quelques années. Rien t'empêche aujourd'hui de revivre certaines expériences que tu as aimé mais les vivre d'une différente façon. Bref, ton vécu serait différent¨....

Et je répond: oui mais la maladie a été sur mon chemin que je ne veuille ou non. Il serait facile de dire: ...sans la maladie... Mais peut-on dire: ...avec la maladie...rendre finalement l'expérience acceptable finalement...tu sais, j'ai eu d'autres évènements plates dans ma vie que je considère comme des cadeaux aujourd'hui et la cette maladie y est inclue mais elle n'est pas la seule...Et j'espère de tout coeur qu'il y en aura d'autre...Pour être en équilibre dans la vie selon la philosophie indoue, celle auquelle j'adère il faut arriver à jouer entre les paires d'opposées...Trop bien c'est aussi pire que trop mal: on peut pas savourer le bien être quand on a pas touché au mal être: et je prend l'expemple aussi insignifiant qu'une indigestion...On se sent tu assez bien quand elle est finie??? ...La bipolarité est très intéressante à ce niveau je le crois mais je vais continuer ma réflextion la dessus

....C'est rien contre toi, c'est mon opinion et ne le prends pas personnel. Il faut éventuellement arrêter de penser à la maladie et l'oublier un peu afin de pouvoir continuer notre vie où nous l'avions laissés. Il faut apprendre à s'écouter sans inclure le trouble bipolaire. Malade ou pas malade c'est ce que l'humain doit faire. S'écouter, mettre ses limites, combler ses besoins... Nous allos chercher ce que l'on peut avec ce que nous avons. Il faut accepter notre personnalité telle qu'elle est car s'est ce qui nous définis. Forcément on nous ramène toujours à la maladie à cause de nos médocs et notre suivis médical mais il y a un moyen ''d'oublier'' que nous sommes ''malade'' et de poursuivre notre chemain dans un sentier mieux adapté pour nous....

Et je répond: je partage son avis...L'homage que je fais à la maladie n'est pas une hommage à ma vie entière mais à une partie de moi seulement. Il faut effectivement faire attention de ne pas ¨nourrir¨ la maladie et faire autre chose. Donc cesser d'en parler un petit moment, se concentrer sur ce qui nous anime: dans mon cas les voyages, le vélo, mon travail ect...mais jamais je n'oublierai une chose, c'est qu'elle est dans ma vie et qu'elle a une place bien à elle que je ne peux pas ignorer


...¨Dans mon cas, je travaille beaucoup plus sur des éléments qui sont plus problématiques que le trouble bipolaire et borderline ou whatever qu'est ce que j'ai. Exemple, la gestion du stress. Qui n'est pas stressé aujourd'hui et que cela lui empêche de dormir? Qui n'est pas angoissé par son futur? Qui ne vit pas un jour un gros down? Je crois que s'est ça les difficultés de la vie et sur quoi nous devons nous pencher. Que le trouble bipolaire soit là ou non, on vit tous des situations incontournables qui affectent notre humeur, nos choix, nos relations, nos comportements, ect... La vie ne peut pas être parfaite et autre que la stabilité, que recherchez-vous? Même si on l'atteint, est ce qu'on continu à se battre pour la garder tout en passant à côté de certaines expériences qui sont réalisables mais que par peur on les laisse passer? En identifiant nos difficultés, nos forces on peut aller très loin tout en laissant la maladie de côté. La peur est probablement ce qui prend le dessus sur notre vie....

et je répond: je partage en partie ton opinion...vivre des hauts et des bas c'est normal pour tout le monde et faut pas forcément se dire qu'on est en rechute si on en vit. Le danger cependant c'est de ¨normaliser¨ces hauts et ces bas...Mon erreure a été la suivante: Je suis atteinte du type 2. donc pas gravement. Mes hauts sont juste ¨un plus haut¨ que la normale. C'est quoi la normale dis moi? Alors là il faut que je regarde encore plus loin...Y,a-il autre chose...quand j'ai parlé de bipolarité dans mon travail, un des commentaires qui ressort souvent c'est celui-ci...On a tous nos hauts et nos bas alors pourquoi pour toi ce serait plus grave que moi...C'est multifactoriel cette maladie...C'est pas banal finalement...Ouf

Et oui je l'ai prit personnel mais je trouve le débat intéressant... :D
Le ridicule n'a jamais tué personne...Vivons ce que nous sommes c'est tout.
Catnips

Re: hommage à la maladie bipolaire

Message par Catnips »

Salut
kayaka a écrit :...Et Rendre hommage à une maladie, à mon avis c'est un peu poussé....

- et je réponds: tu as le droit d'avoir ton opinion là-dessus. Un hommage c'est vrai que c'est gros mais pris au deuxième degré ca veut dire ce que ca veut dire...
Je ne suis pas certaine de comprendre par deuxième ou troisième degré. J'ai bien lu ton texte et je comprends le message que tu veux partager avec nous. Je ne suis pas du genre à regarder les choses qu'en surface. Je suis une personne très ouverte et curieuse. J'ai une opinion différente de la tienne, c'est possible que tu me vois comme une personne fermée d'esprit car nous n'avons pas la même perception, la même opinion mais cela ne veut pas dire que je regarde les choses d'un seul angle. Bien au contraire. :P
kayaka a écrit :elle avec la maladie et moi avec mon tempérament et ce que je suis...Nous vivons ensemble quotidiennement et c'est ok pour moi...

Et ce qu'on apprit d'elle peut nous donner de sérieux coup de pouce pour le reste...

La bipolarité est très intéressante à ce niveau je le crois mais je vais continuer ma réflexion la dessus
L'hommage que je fais à la maladie n'est pas une hommage à ma vie entière mais à une partie de moi seulement. Il faut effectivement faire attention de ne pas ¨nourrir¨ la maladie et faire autre chose. Donc cesser d'en parler un petit moment, se concentrer sur ce qui nous anime mais jamais je n'oublierai une chose, c'est qu'elle est dans ma vie et qu'elle a une place bien à elle que je ne peux pas ignorer.[/quote]

C'est exactement là où je voulais en venir et où je suis en désaccord avec toi. Un hommage, une réflexion, ''elle'' comme si elle était une personne, lui donner sa place (car c'est toi qui décide de lui donner une place importante dans ta vie). Il y a une différence entre accepter de vivre des difficultés et intégrer des difficultés dans notre vie. De mon point vue, ce que tu mentionne plus est une façon de ''nourrir la maladie''.

En France et ailleurs en Europe, ils ne donnent pas beaucoup de dagnostique et ils utilisent la médication dans les cas où c'est nécessaire. Si un psychiatre ou un médecin génraliste t'aurait prescrit des médocs sans en attacher un étiquette, comment intègrerais-tu ''ça'' dans ta vie? Est-ce que tu ferais un hommage à ta boîte de pillule? Avant de prendre ta médication, je suis persuadée que tu ne donnais pas aussi d'importance à tes up & down. C'est toute une question de perception. Avec un titre ont peut tellement en faire plus.
kayaka a écrit :Mes hauts sont juste ¨un plus haut¨ que la normale. C'est quoi la normale dit moi? Alors là il faut que je regarde encore plus loin...Y,a-il autre chose...
Pour moi normal c'est de se lever le matin et se coucher le soir. Pouvoir se faire à bouffer, aller travailler, avoir une vie sociale, se permettre des p'tites dépensens, aimer, partager, s'amuser... En d'autres mots, c'est être fonctionnelle à notre façon.

Je suis aussi diagnostiqué bipolaire. J'ai reçu le diagnostique de type 1, type 2... En tout et partout j'ai reçu un diagnostique de trouble bipolaire, trouble de personnalité (2 différents), trouble alimentaire et TDAH... J'ai connu la psychose, la manie, l'hypomanie, la dépression, le suicide et j'en passe. Ça fait un peu plus de 12 ans que je suis ''malade'' mais j'ai eu un diagnostique officiel qu'en 2008. J'ai pris ma première médication à l'âge de 19 ans sans ''vrai suivis''. Aujourd'hui j'ai passé à autre chose afin de me concentrer sur les problèmes qui m'empêchent d'atteindre mes buts et poursuivre mon chemin. Je ris beaucoup de moi, j'ai toujours assumé les conséquences de mes actes et je ne regrette pas les expériences que j'ai vécu mais une chose est certaine, je n'ai pas d'étiquette. Je n’en ai pas besoin de ça. Quand on prend un produit alimentaire et qu'on regarde l'étiquette, on peut y lire des informations. Quand je mentionne mon étiquette à quelqu'un, il a accès à mon information et ça lui donne une référence et même une raison qui peut toujours utiliser à sa façon. Prends l'exemple de Licorne avec son travail. Tu me diras que ce n'est pas tout le monde qui est comme cette fille mais si elle ne savait pas que Licorne est bipolaire, est-ce que la situation aurait été la même? Étiquette = identification. C'est ma façon de voir les choses. Tout le monde le sait ici que je m'assume et que j'adore mon ''p'tit côté bitch''. J'aime est différente des autres et un peu folle! Mais je ne désire plus intégrer une étiquette dans ma vie et lui donner une place.

Catnips
frezinette
Messages : 21
Enregistré le : 09 mars 2010, 22:19

Re: hommage à la maladie bipolaire

Message par frezinette »

Salut, je suis d'accord avec tes propos et je pense que c'est une belle façon de faire face à la réalité. Je devrai vivre avec cette maladie jusqu'au dernier jour que je le veuille ou non. De plus, je pense que cela facilite la prise en charge personnelle au lieu d'espérer je ne sais quoi !!
Cabotine
Messages : 474
Enregistré le : 14 févr. 2010, 18:32

Re: hommage à la maladie bipolaire

Message par Cabotine »

Finalement, je crois que vous avez toutes les deux raison. Il ne faut pas donner tout le crédit à une simple étiquette, la maladie bipolaire n'est qu'un détail, un état d'esprit plus que d'autre chose. Ce n'est pas toute notre personnalité et chaque bipo le vivra différemment. Par exemple, je suis de nature très impulsive... Alors maladie ou personnalité?? Personnalité je dirais, puisque j'ai réussi avec le temps à atténuer ce petit défaut qui me faisait faire tout un tas de trucs très cons.

D'un autre côté, je crois que d'apprendre à aimer la maladie est un pas de plus vers le bien-être. Être capable d'aimer la vie malgré ça, accepter que rien ne sera parfait, que l'équilibre est toujours provisoire... La bipolarité m'a fait vivre des choses que je ne regretterai jamais. Mieux vaut regretter quelque chose qu'on a fait plutôt que de regretter quelque chose qu'on a pas fait. Si je n'avais pas eu la 'drive' de faire certaines choses, je ne serais pas là où je suis aujourd'hui. Alors pour ça, merci aux neurotransmetteurs qui grimpent parfois trop haut dans mon cerveau.

Il y a toujours deux côtés à la médaille, or dans le cas de la maniaco-dépression c'est encore plus vrai! C'est fou de voir à quel point les bipolaires assument leur maladie parfaitement quand tout va bien et à quel point ils flippent quand le creux se présente.

Alors rendre hommage à un diagnostique du DSM-IV c'est quand même un peu poussé, mais la démarche est toujours juste: il faut s'aimer soi-même, avec nos forces et nos faiblesses.

J'accepte que parfois mon cerveau déraille, j'accepte de ne pas toujours être lucide, j'accepte de partir sur des délires à la con parfois et j'accepte aussi d'avoir envie de me passer la corde au cou à l'occasion. Mais je n'accepterai jamais qu'on me résume à une seule maladie, qu'on occulte tout le reste de ma personne au profit de ça. Nous sommes tous bien plus qu'une liste de symptômes, nous sommes des humains quoi! (avant tout)

Alors rendez tous les hommages que vous voudrez mais, de grâce, ne rendez pas hommage à la psychiatrie! C'est vraiment la pire invention de l'homme ça :evil: :evil: :evil:
No human
Répondre