Le journal de suegag

(maniaco-dépression)
Itsabell
Messages : 1092
Enregistré le : 21 août 2016, 23:25

Re: Le journal de suegag

Message par Itsabell »

🥰
Je suis contente de savoir que tu t’es accroché à tes enfants. C’est aussi ce qui m’arrive quand j’ai des idées noires. C’est ce que je fais pour me sentir mieux. Tes enfants t’aiment inconditionnellement.
N’oublie pas que si tu es seule, tu peux texter au numéro que je t’ai écris. Ne reste pas seule avec tes idées noires. Ça fait si mal et je te comprends tellement.
Suegag
Messages : 318
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: Le journal de suegag

Message par Suegag »

J'écris j'écris j'écris.. Parce que ça m'apaise, parce que ça m'apporte un répit des hamsters, parce que ça organise ma pensée, parce que ça me structure, ça me centre, parce que raisonner pour un instant, ça contient mon émotivité débordante. J'écris pour ne pas brûler les.quelquea personnes qui font parties de mon entourage. Oups, cette dernière phrase vient de toucher quelque chose de douloureux. Cet entourage qui s'est préoccupé pour moi quand j'étais en hypomanie, qui se sont consulté, qui ont consulté pour dealer avec moi. C'est de là honte, c'est de l'ego. C'eat difficile.
Est-ce que je peux continuer à être une bonne mère? C'est quoi le seuil inférieur de la mère suffisante? Être triste et irritable, est-ce que ça scrap les enfants? Sont rendue où les mères qui confient leurs enfants à la DPJ? Qu'est-ce qui est nécessaire, essentiel, en dehors de l'amour? Comment les soutenir, les accueillir, les consoler, les accompagner quand j'arrive même pas à être là durant les 3 repas d'une journée. Éclater en sanglots devant les enfants, ça doit être moins pire que les violenter?
Les grandes questions déprimantes qui fusent de ma tête. Voyons donc. C'est pas si pire que ça. C'est une cassette de marde. La cassette de mon cerveau qui déraille. Les fils se touchent comme on dit.
Faut vraiment que je fasse attention à ce que je me dit.
C'est trop dure
J'y arriverai pas
Je ne peux pas
Je suis trop malade
Je fais subir ça aux enfants
Je ne suis pas assez bonne pour les enfants
La réalité ce n'est pas celle-là. C'est autre chose. De plus bienveillant, de plus compatissant. La réalité c'est que je suis courageuse. Et que même si ça me paraît trop lourd, je m"en tire bien malgré tout.
Il faut que je fasse attention à ma cassette. Mon discours intérieur me nuit beaucoup. Ça roule et ça roule sans que je m'en rende compte. C'est auto-destructeur. Je vais porter attention à ça demain.

Je suis moins triste.

Hé ben, ça valait la peine d'écrire!

Bon courage!
johey
Messages : 116
Enregistré le : 30 janv. 2020, 21:48

Re: Le journal de suegag

Message par johey »

Ton message de 21h me porte, suegag,
J'ai le goût d'y répondre en l'intitulant:

Lettre à mon amie guerrière

Nos enfants.

Ils ne regardent pas notre mièvre bonheur, notre amour pour les téléséries et les films, pour la musique et les sports d'hiver. Ce qu'ils regardent c'est notre part de persévérance dans le courage qu'il faut pour se dresser quand on ne file pas, quand tout va mal, quand les émotions nous arrachent le coeur. Ils regardent notre lutte, nos combats, nos techniques pour vaincre et devenir résilient. Parce qu'ils connaissent la souffrance eux aussi et ne savent pas toujours, pas souvent, comment gérer une peine d'amour sans se sauter en l'air. Ils ne savent pas non plus vraiment comment dealer avec les angoisses existentielles qui les terrassent la nuit parce que ça, ça aussi ça fait partie du cheminement d'un être humain.

Et je passe en silence les grandes questions qui les troublent, le sens de la vie. Ce sens à vivre dans une société malade qui nous demandent de trouver un sens à notre vie. Elle qui n'en a évidemment pas. Sauf si... Et je ne parle pas de la peur, comment la discipliner et ne pas en avoir peur...

Si on se lève le matin la tempête dans le ventre et qu'on se couche le soir après avoir écrit des mots de lutte, des mots d'espoir, des mots lumineux qui fouillent, qui sondent, des mots qui nous soulève la tête et bien ça ils le sentent. Ils emmagasinent cette puissance invisible qui agit dans la maison.

Je pense, pour avoir été monoparentale, que torcher le cul de nos kids et leur faire un lunch pour l'école en leur disant que toute va ben aller c'est pas assez. La leçon la plus forte, l'enseignement le plus noble, ce que j'ai le goût de nommer: "élever" notre enfant c'est de lui dire à travers notre cheminement de vie regarde bien, je ne me laisse pas faire!

La vie, partout autour de soi est une lutte de chaques instants. Et comme tous les guerriers, il y a les moments de grâce et les moments de repos. Ces instants où la lumière devient minérale, végétale, animale, ces instants de grâce durant lesquelles nous sommes. Cette densité à devenir qui nous devons, qui nous pouvons c'est, pour moi, actuellement, le sens de ma vie.

Chaque humain doit se définir au jour le jour, selon les possibilités, selon les contraintes, selon les limitations qui le caractérisent. On n'avance pas à partir de quelqu'un d'autre. Le SENTIER est sous nos pas.

Je t'encourage à continuer à vivre tes propres gestes, tes propres luttes, et de continuer à ne pas, ne pas te laisser faire. La dépression est une maladie qui nous oblige à rencontrer notre flamme de vie, ce qui est notre souffle essentiel. La base de b-a-s-e. Le sens de LA vie c'est peut être, entre AUTRES choses, de manifester notre présence. Et dans ce sens, chaque respiration compte.

Vivre pour moi c'est communautaire, même dans l'isolement et le silence on participe à la vie du groupe humain. Et dans ce "groupe", je vois des "familles", des sortes de communautés d'esprit. C'est un autre sujet. Mais saches que ton texte possède une fibre familiale.

Je vous souhaite, à toi est au lecteurs et lectrices, de bons moments de grâce, du répit et des pensées de force.
Paix
Itsabell
Messages : 1092
Enregistré le : 21 août 2016, 23:25

Re: Le journal de suegag

Message par Itsabell »

Tu es forte Suegag!
Continue d’écrire pour ventiler. On te lit. Je suis certaine que tu es une très bonne maman. Pourquoi? Parce que tu t’inquiètes du bonheur de tes enfants. Tu ne leur veux que du bien. Tu es bien loin de la dpj. Accroches toi à eux. Ça peut devenir ta source de motivation. Qu’ils te voient pleurer... et puis? Mon psychologue me dit toujours qu’il faut que ça sorte et de pleurer si j’en ai envie. Mais maintenant je crois que je suis au stade de vouloir lui dire que j’ai des problèmes mais je ne sais pas comment lui dire. Car quand je pleure, elle pleure, ce qui est tout à fait normal. Faut juste pas qu’elle croit que c’est de sa faute.
Bref, continue de ventiler ici tant que tu en as envie!
Suegag
Messages : 318
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: Le journal de suegag

Message par Suegag »

Que de bons mots que j'ai relu et que je relirai.
Alors ventilation du mardi soir...
Après quelques jours de souffrance et de courage.
J'ai de la gratitude aujourd'hui d'avoir gardé la tête hors de l'eau. Parce que ça été vraiment difficile.
Les idées "c'est trop lourds" et "j'y arriverai pas" sont insidieuses et tenaces. Plutôt de changer "c'est trop lourd" par "ce n'est pas trop lourd" je les changé par "c'est lourd". Et plutôt que de dire "j'y arriverai pas", je dis "aujourd'hui, j'y arriverai". On dirait qu'il faut bien choisir les mots. Il faut que ça face du sens sinon je ne me crois pas.
Ce qui me fige semble être de la peur. J'ai peur pour mon avenir, ce qui me ramène au merdié dans lequel je me suis fourrée en hypo, ce qui me ramène au regret, à la honte, à l'auto-dévalorisation, puis à une tristesse mélancolique. Mes pertes, mes échecs, j'ai l'impression d'avoir perdu 10 ans de ma vie avec cette foutue maladie. D'où le sentiment d'injustice, la victimisation... J'me trouve misérable.
Enfin bref, j'ai encore braillé ma vie aujourd'hui, avec des pauses quand les enfants n'étaient pas à l'école. Bien qu'il ait eu quelques larmes suscitées par des chansons qui tournent sur ma paylist comme "before you go". Ça me ramène à la tentative de suicide de mon ex. En janvier. Le début de la rechute avec un grand R. Je suis encore sous le choc. On l'a cherché pendant 24 heures. Je me souviens de chaque heure. Et cette chanson là me ramène au désespoir et à l'incompréhension de ce qui est arrivé. À l'impuissance, malgré tous les efforts que j'ai mis à nous rendre heureux. Mais il traînait sa vie.
Aujourd'hui, il m'a relancé avec son espoir et je lui ai redit que quelque chose était mort en moi ce jour là. Je n'y peux rien. Il est devenu un mort vivant.
Alors j'ai braillé ça aujourd'hui. Maudite chanson qui tourne en boucle dans ma tête. Et les enfants qui la fredonne parce qu'elle est belle cette chanson. Mais je pense qu'il y a un moton de parti.
Quand je me suis levé ce matin, j'avais un peu d'énergie et je ne paniquais pas devant cette journée qui débutait. J'étais comme WOW! MY GOD le wellbutrin est rentré au poste! Ça duré 1h00. Pis je me suis retrouvée presque sans vie dans mon lit. Et puis je me suis dis que peut-être demain j'aurai plus qu'une heure et j'ai reconnu que c'était un bon signe. Chaque fois que je prends mes médicaments, je joint mes main en priant "faites que ça fonctionne". Je pense que ce matin, j'ai senti le début de quelque chose de mieux.
Malgré les efforts, y'a une partie qui ne dépend pas de moi. Alors c'est sur l'autre que je travaille. Avec peu de résultats, mais au moins, je fais quelque chose. J'aimerais bien ne plus faire de siestes le jour et me limiter à 9 heures de sommeil. Mais je n'y arrive pas. Peut-être que je ne suis pas rendue là. Je devrais lâcher prise et accepter qu'il y a des choses sur lesquelles je n'ai pas de pouvoir aujourd'hui. Et c'est ben correct de même.. en Tk, si mes démarches peuvent me soulager un peu de mes souffrances, j'achète. La dépression, on peut l'alimenter. Il faut faire attention à ne pas accorder trop d'importance à tous ce que l'on pense.

Bon courage xx
Suegag
Messages : 318
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: Le journal de suegag

Message par Suegag »

J'écris, donc je pense, donc je suis...

Je me sens différente. Je ne souffre plus autant. Je pleure moins, j'ai plus d'énergie, je ne dors plus le jour. Par contre je suis plus isolée. Je n'ai pas envie de voir personne. Tandis que les 2 dernières semaines, je recherchais le soutien. Je me sens fatiguée moralement. J'ai l'air bête, sauf avec mon masque..

Et puis vers 16h00, je deviens maussade, angoissée, impatiente. Les enfants m'énervent, j'ai hâte que l'heure du dodo arrive. Je me sens souvent dépassée. Et je me sens tellement coupable. Je m'accuse de plein d'affaires. C'est lourd.

Mais y'a de l'amélioration... 1 jour à la fois. Tout passe!

Bon courage!!
Suegag
Messages : 318
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: Le journal de suegag

Message par Suegag »

Je n'ai aucune attente.
Je suis en paix avec mon état. Je souffre moins, c'est bien. J'ai de la gratitude pour ce que la vie m'apporte, pour la moindre chose. J'ai plus accès à mes ressources, vu que je suis moins envahie par l'angoisse.
Ce n'est pas toujours comme ça, mais ça le sera de plus en plus je pense.
Ça fait 2 semaines 1/2 que j'ai eu mon ajustement de médoc.
Ça m'a paru une éternité!! Alors je suis contente de voir des effets aussi rapidement.
Suegag
Messages : 318
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: Le journal de suegag

Message par Suegag »

Aujourd'hui, je n'ai pas d'attentes. J'y vais avec humilité et acceptation. Tout est correct. Ça va bien aller. Ce sera mon chemin aujourd'hui.
Itsabell
Messages : 1092
Enregistré le : 21 août 2016, 23:25

Re: Le journal de suegag

Message par Itsabell »

Je vais suivre ton idée. 😊
Suegag
Messages : 318
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: Le journal de suegag

Message par Suegag »

Bonne idée! D'un coup que ça t'aide. Ça n'enlève pas les problèmes, mais ça aide à vivre avec!

Aujourd'hui, je me fou la paix. Hier est passé, demain n'est pas arrivé. Je voudrais réaliser mes objectifs côté lavage/repas/lave-vaisselle. Si je n'y arrive pas, c'est correct. Peut-être que je ne vais pas me sentir ok avec l'échec à ne pas atteindre mes objectifs, mais c'est correct d'être déçue. Toutes mes émotions sont correctes, tant que je garde en tête que c'est correct. Aujourd'hui, tout est correct. C'est correct de me sentir mal. Et ma priorité, au-delà de mes objectifs, est de prendre soin de moi.

Tout passe. La vie, comme la maladie.

Bon courage xxx
Répondre