Le journal de suegag

(maniaco-dépression)
Suegag
Messages : 325
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: Le journal de suegag

Message par Suegag »

J'ai dormi toute la journée aujourd'hui. C'était comme ça. J'ai quand même pris ma douche ce matin. Je me suis traîné jusqu'au dîner. C'était tellement dégueu que les enfants ont mangé des toasts au beurre de pinotte. La vaisselle du souper d'hier, du déjeuner et dîner d'aujourd'hui est restée crottée dans l'évier et le lave-vaisselle est rempli de vaisselle propre. J'ai relancé la brassée qui sentait le cadavre pus elle est encore dans laveuse. J'ai amené les enfants au Boston pizza parce une je n'avais plus de vaisselles et que j'avais trop mal au coeur pour cuisiner. On est passé à l'épicerie, question de pouvoir déjeuner demain matin. On n'a pas fait de leçon/devoir, pis j'm'en va me coucher dret là. Une journée de marde.
Bonne nuit et on lâche pas! Xx
Itsabell
Messages : 1098
Enregistré le : 21 août 2016, 23:25

Re: Le journal de suegag

Message par Itsabell »

Moi aussi j’ai dormi beaucoup hier.
Chaque journée est différente. Peut être qu’aujourdhui tu iras mieux. Idem pour moi. Hier c’était atroce.
En fin de journée toi, est ce que tu te sens mieux?
Moi y’a pas grand resto ici. Y’a des sushi, et fast food genre mc do et subway... le reste ce sont des petits resto maison. Il y a aussi un coq rôti. On n’a pas tant de choix.

Moi aussi l’épicerie a pris le bord et j’ai réussi une brassée.

Lâches pas. On est dans le même bateau... je te souhaite une meilleure journée!
Suegag
Messages : 325
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: Le journal de suegag

Message par Suegag »

Mets-en, on traverse la même tempête. Mon état reste le même toute la journée, sauf que le soir, je suis vraiment plus somnolence.
Je pense que j'ai abusé avant-hier, avec mon micro-boost d'énergie. J'en suis à ma 2e étape de mon changement de médication. Cette étape va durer 2 semaines. Ma soeur a eut le même changement et ça lui a bien réussi alors j'ai bon espoir, même si ça m'inquiète et que je suis à l'affût de la moindre détérioration. Mais je sais aussi que je ne suis pas la seule à s'inquiéter dans ces recherches de recette.
Aujourd'hui, je suis faible et dépassée. Alors j'y vais avec des mini rikiki objectifs qui tournent autour des enfants. Une chose à la fois. J'ai une idée pratique pour le dîner qui va me servir pour le souper. Et je vais me permettre de prendre quelques café avant leur arrivée ce soir. Ils ont besoins de moi pour les devoirs mais je dors debout. Je suis impatiente et dépassée. Et ce soir, c'est la dernière journée avant les contrôles parce que y'a pédago vendredi.
J'ai réussi à ranger la cuisine en vue du dîner. Je suis bien contente de ça. Je me suis habillé et je suis allé porter les poubelles au chemin. J'ai retourné un appel. C'est un peu mieux qu'hier. Je me sens plus mobilisable qu'hier. Un peu mieux, ça se prend bien. La vague est moins difficile à surfer.
Je suis capable d'avancer 1 heure à la fois et c'est ce que je vais faire pour tirer le maximum de cette journée.
PS: les éboueurs embarquent mes poubelles. Quelle satisfaction!
Bon courage xxx
Suegag
Messages : 325
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: Le journal de suegag

Message par Suegag »

Finalement, mon projet de repas est devenu pas mal moins élaboré. L'idée.de.départ était de m'acheter un poulet rôti à l'épicerie du coin et de faire une préparation pour sandwichs su poulet pour dîner et une sauce blanche au poulet pour souper. Finalement, j'étais trop patate pour sortir alors j'ai chauffé une pizza pour dîner et un spaghetti sauce du commerce pour souper. Je m'en suis bien tirée malgré tout!
J'ai dormi jusqu'à l'arrivé des enfants en pm. Je me suis fais du café instant parce que je n'étais pas motivée d'utiliser la cafetière ou la machine à expresso. Tsé quand tout est lourd?
J'ai géré les devoirs, ça bien été. Ma cuisine est ramassée, le lavage... y'a du linge pour demain.
Somme toute, je m'en suis sortie!
Je me demande si c'est mon changement de médication qui me fait sentir malade. J'aimerais rester avec ce que j'avais encore un peu. En tous cas. Ça m'inquiète.
Yody
Messages : 29
Enregistré le : 01 déc. 2019, 23:05

Re: Le journal de suegag

Message par Yody »

Moi aussi je coupe au plus court souvent.

Le fait d'avoir fait du camping sauvage m,a permis de cerner les priorités. Parfois j'ai l'impression de faire du camping dans ma propre vie. ;)
Faire le minimum pour garder le maximum d'énergie vitale disponible ailleurs.

En dépression il y a un mode automatique qui doit embarquer un moement donné sinon on y arrive pas. Je pouvais pas penser à tout et tout gérer "comme il faut". Je faisais ce que je pouvais avec ce que j,avais et le reste c'était du bonus.

Je trouve que tu exagères quand meme avec ton histoire de café instantanné, avec une machine espresso à la portée de la main? :lol:

Bonne journée Suegag
Suegag
Messages : 325
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: Le journal de suegag

Message par Suegag »

:lol:

Et toi, tu le fais comment ton café en camping sauvage? Sans blague, pour moi, c'est un effort de concentration supplémentaire de faire mon café dans ma machine expresso. Mais tu as raison, je devrais travailler sur ça!

Ce matin, ça va mieux. Je ne sais pas si c'est placebo, mais j'ai arrêté la transition hier soir, de diminuer la lamotrigine pour introduire l'Épival. Je prenais 300 mg en 2 doses de lamotrigine depuis très longtemps. Mais ça ne m'a pas empêché de virer en hypomanie. Faut dire qu'en janvier, mon conjoint des dix dernières années, père de mes 2 enfants, a tenté de se suicider. Il est disparu durant 24 heures, sans voiture, sans cell, sans porte-feuille, me laissant une lettre, faisant état de ses intentions.

J'avais repris le travail en septembre. Et je suis retombée en congé de maladie. J'ai laissé mon conjoint. J'étais obsédée par le retour au travail. Avec mon md, on a planifié un retour progressif d'avril à juin. Par la suite, plein temps.

En mai, ça commencé à virer. La situation avec mon ex était complexe. Je me suis retrouvée à m'arranger pour m'héberger ailleurs que chez moi. C'était en temps de COVID et les hotels étaient vraiment pas cher. Alors je me suis payé un trip d'hôtel. J'ai démissionné de mon emploi. Je me sentais libre, légère, on aurait dit que je marchais un centimètre au dessus du sol. J'ai fait des achats sans bon sens. Je me suis payé des vacances hors de prix, j'ai voulu accumuler toute sorte de points récompense en achetant des trucs que je n'avais pas besoin. Je pensais vraiment que j'allais mieux que jamais. Ma psychiatre a cessé le wellbutrin début juin.

Ma bulle a commencé à péter début juillet. Début août, j'étais en dépression solide. On a réintégré le wellbutrin. On a pensé à un autre régulateur. Et voilà l'origine de tout ça.

Alors, ce que je pense, c'est que le passage à l'acte de mon ex m'a fait vivre quelque chose d'assez intense. Ça m'a fait replonger. J'ai voulu sauver ma peau. J'ai voulu changer complètement ma vie. Reprendre le contrôle. Décider de tout ce qu'il se trouverait sur ma route. D'éliminer tout obstacle.

J'étais de retour à temps complet après plusieurs mois de congés de maladie. Et je rechutais. La principale source de mon stress chronique n'est plus là. Je pense que je peux continuer sur la lancée ou je me trouvais avant son passage à l'acte. Et maintenir la médication qui m'a permise d'arriver à m'a réadaptation qui allait bon train

Et ce matin, ça va mieux. J'ai repris la médication que je prenais y'a 1 semaine. Je n'aurais jamais pensé changer mon traitement sans avis. Mais là, je n'en pouvais plus. Si c'était des effets secondaires, je ne peux absolument pas attendre que ça s'estompe. Être ambivalente entre l'envie de mourir et le devoir de vivre, c'est vraiment trop déprimant. C'est ben beau m'accrocher après mes enfants, mais un moment donné, y'a un bout à ce qu'il fassent les frais des dysfonctionnements de leur mère. Ils en portent assez comme ça. Et puis, ça ne me permet pas de ne pas y penser. Alors peu à peu, je me suis mise à avoir des flash plus troublants. Je pense que c'est une excellente raison de faire marche arrière. Et j'ai vraiment le droit de décider des trucs à propos de ma santé et de mon traitement. J'ai atteint une limite.

Alors, j'ai analysé mon journal Revivre et mon journal de l'humeur. Le 15, début du changement, mon humeur était moyenne. Le 16, un peu moins que moyen et retour des flash, plus irritable. Le 21, boost d'énergie. Par la suite. Puis 2 jours de régression totale.

Je sais que ça ne va pas nécessairement changer quelque chose. Mais ce matin, je vais mieux. Et aujourd'hui, C'est ça qui compte. Parce que je vais pouvoir aller faire quelques achats pour nourrir mes enfants et mon chat. Ce ne sera pas nécessairement parce que j'aurai cessé l'épival, peut-être que ça aurait viré comme ça en maintenant la transition, mais je m'en fou carrément. Je ne pouvais pas continuer comme ça.
Yody
Messages : 29
Enregistré le : 01 déc. 2019, 23:05

Re: Le journal de suegag

Message par Yody »

Je te taquinais pour le café espresso tu le sais haha,

C'est tout un parcours de vie que tu as là. Le camping sauvage c'est de la rigolade à comparé à ton parcours.

Tu as vécu ca en même temps que la foutue crise du virus.

Juste pour dire, je crois que tu le sais mais le lamotrigine c'est juste pour contrer les dépressions, rien contre les manies.
Suegag a écrit : 24 sept. 2020, 09:16 Être ambivalente entre l'envie de mourir et le devoir de vivre, c'est vraiment trop déprimant.
Tu as des flashs troublants, des flashs que tu nommes en quelque part? Ton journal de l'humeur? Des intervenants?
Concernant les flashs j'en ai eut plusieurs dans ma vie et je me suis rendu compte un moment donné que ce NE sont PAS Mes pensées. Elles viennent me visiter mais tant que je ne les nourries pas elles n'ont pas de pouvoir. Ca empêche pas que certains flashs ou idées peuvent être très très troublants. De là je me suis habitué à les nommer pour prendre mes distances face à eux. Dans ces temps là je les écris. Les décris. Je prends de la distance avec eux en écrivant clairement que ce ne sont pas des pensées que j'alimente.
Suegag a écrit : 24 sept. 2020, 09:16 Alors peu à peu, je me suis mise à avoir des flash plus troublants. Je pense que c'est une excellente raison de faire marche arrière. Et j'ai vraiment le droit de décider des trucs à propos de ma santé et de mon traitement. J'ai atteint une limite.
Les limites sont un signal qu'il faut respecter. D'après ton partage tu fais bien de revenir à une médication que tu connais bien les effets. Tu pourrais aussi en parler à un pharmacien, certains med's induisent des pensées parasites, d'autres sont connu pour faire faire des cauchemars. Autant qu'ils peuvent nous aider, autant certains meds peuvent etre une vraie catastrophe.

Je m'excuse de t'avoir taquinée avec le café, je ne voulais pas ajouter quelque chose de superflue à ta condition. :oops:
johey
Messages : 116
Enregistré le : 30 janv. 2020, 21:48

Re: Le journal de suegag

Message par johey »

Salut Suegag,

j'espère que ton bien être se poursuit. Tu as pris une décision concernant ta santé et ton état était instable. Critique même à ce que je comprends. Des pensées parasites.
As tu des pensées suicidaires?

J'espère ne pas être trop direct mais c'est un peu ma nature.
J'ai bien lu que tu allais mieux ce matin mais j'ai aussi autre chose entre les lignes.

Parfois, je sais, c'est mieux de pas lire entre les lignes. :D
Suegag
Messages : 325
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: Le journal de suegag

Message par Suegag »

Salut Yodi,
J'ai bien ri de ta blague :lol:
Salut Johey,
Le Bien-être… Il encore dans une dimension parallèle. Je cherche le portail :lol:

Des idées parasites… tu piques ma curiosité...

J'ta boutte de toutte. Les enfants m'énarvent. Je me sens coupable. Je ne suis pas bien dans ma tête. Toutte m'énarve. J'haÏs toutte. Pas l'goût de rien. Fatiguée, pas motivée. J'voudrais être dans le coma. Fait beau dehors, ça me fait chier. J'pourrais faire un paquet de trucs avec les enfants. Mais ça arrivera pas. Je perd des années avec tout ça. J'avance à côté de ma vie.

Mais, je ne me sens pas malade comme avant que j'arrête le prosessus de changement de médication.

Encore aujourd'hui, j'avancerai 1 heure à la fois. C'est la seule manière de rendre ça plus vivable.
johey
Messages : 116
Enregistré le : 30 janv. 2020, 21:48

Re: Le journal de suegag

Message par johey »

Salut Suegag,

J'aime bien l'idée du portail,

Une pensée parasite (ou une idée..) c'est une pensée qui entre dans notre tête et qui ne sort pas, comme une mouche qui bourdonne sans arrêt. Pourtant elle n'est pas la bienvenue, on ne l'aime pas, on ne veut pas la nourrir mais elle parasite nos pensées. Elle est là et semble vouloir rester.

C'est très douloureux car on les confonds souvent avec nous même. J'ai souvent de telles pensées mais je vois la différence entre une pensée que je veux nourrir versus une pensée de m..

J'espère que ton samedi a mieux été que lorsque tu as écrit ce matin. C'est pénible d'avoir des enfants à charge en même temps qu'on file pas. Je connais, j'ai été monoparental durant quelques années où je filais pas très bien. Par chance j'ai aussi de bons souvenirs de cette période.

Je te souhaite un repos réparateur. Et quelques minutes de répit par ci par là, de quoi respirer.
Répondre