Syndorme Asperger (autisme léger) et trouble bipolaire

(maniaco-dépression)
mélaniecoeur
Messages : 880
Enregistré le : 17 avr. 2012, 13:41

Re: Syndorme Asperger (autisme léger) et trouble bipolaire

Message par mélaniecoeur » 29 août 2012, 15:20

Ermite, tu as les deux diagnostics? Bipolaire et Asperger! Comment ca cest passé pour avoir les diagnostics? Les as tu eu en même temps, à la même hopital?

Tu as quel âge? Moi, jai eu le diagnostic Asperger pendant 4 ans. Je ne suis pas bipolaire, et je suis tpl. Troubles anxio dépressifs, trouble de l'adaptation, dysthymie, tag.

Et oui, ca part de l'enfance, je me suis tellement faite écoeurer à l'école parce que j'étais différente des autres, je n'avais pas d'amis, j'étais toujours dans mon coin. J'étais le bouc et missaire assez qu'aujourd'hui, j'ai 35 ans et je rêve encore que je suis dans une école et que je suis incapable de sortir ou bien que je travaille à l'usine et il fait chaud. Je me réveille en sueur. C'est pas agréable. Alors, j'ai peut être développé d'autres troubles en santé mentale avec mon vécu d'enfant Asperger.

Moi, ma passion est le magasinage, j'adore cela, je peux dépenser près de 1000$ dans quelques jours au printemps. J'ai remarqué que je suis dépressive en hiver et en mai environ, le linge d'hiver est moins cher, j'en profite et le linge d,Été sors, alors, j'en achète aussi. J'ai plus de l'énergie, bonne humeur, disons que je me sens mieux que d'habitude. Le temps gris m'affecte énormément.

J'ai une drôle de fascination, les textures de poils d'animaux. Je demande toujours si cest rude ou doux. Aux iles de boucherville, il y a des animaux empaillés et il faut toujours que j'ailles y toucher.
J'ai dormir, à chaque fois que je vois quelqu'un ou un animal dormir, je deviens toute énervée contente car je trouve cela réconfortant. Je suis visuelle aussi. Je pense en image. Je n'aime pas le changement. J'ai du mal aussi à me mettre à la place des autres au niveau des émotions. Je suis dans mon monde. J'aime les jeux de mots ou double sens, ca me fait rire. Je prend beaucoup de choses au pied de la lettre. J'ai eu plusieurs dépressions dans le passé, jai un trouble anxio dépressif. Un tpl. Je suis comme un extra terrestre!! HI, hi, hi!

lermite
Messages : 30
Enregistré le : 13 déc. 2011, 15:57

Re: Syndorme Asperger (autisme léger) et trouble bipolaire

Message par lermite » 14 oct. 2012, 21:30

Désolé mélaniecoeur, je n'avais pas vu ton message.

Mes deux enfants a eu le diagnostique TED. En fait, l'un est plutôt TDAH et l'autre plutôt Asperger. C'est là que j'ai commencé à lire sur ce sujet et à m'y reconnaître. J'ai réussi à trouvé une psychologue qui est spécialisé dans ce domaine. Elle m'a fait passé le protocole de diagnostique (questionnaire, interview...), mais c'était avant que les psychologues aient le droit de poser un tel diagnostique. Quand j'ai lu le livre "Asperger Syndrome" de Tony Attwood, j'ai revécu mon enfances et je me suis vraiment reconnus. À mon avis, c'est le meilleur livre sur ce sujet. Hélas, l'édition 3 n'est qu'en anglais, mais je crois que l'édition 2 existe en français. Vois sur amazone.ca ou amazone.com.
Puisque c'est un "syndrome", il y a de fortes variations dans les symptôme, d'une personne à l'autre. Par exemple, certains sont incapable de ne pas prendre une expression au pied de la lettre (si tu cherche le pied, tu ne comprend pas l’expression ;) Moi, je comprend la subtilité d'une expression, mais j'ai en même temps, l'image de l'expression (le pied) et ça me permet de faire de drôle de jeu de mots, quoique jouer sur les maux, ce n'est pas toujours drôle. Ça, c'est une blague d'Asperger.. En général, les émotions subtiles des autres m'est difficile à décoder. Les émotions extrêmes sont plus simples. Je n'arrive pas à imaginer ce que l'autre pense ou ressent.

J'ai donc su que j'avais le syndrome d'Asperger, passé 40 ans. J'ai réussi à développer des truc pour palier à mes difficultés. Apprendre consciemment, à faire très attention, dans une conversation, de laisser l'autre parler et de vérifier si je ne l'ennuis pas trop. Essayer de savoir c'est à qui le tour de parler, lui ou moi? En groupe, c'est plus difficile.

Pour ce qui est de la bipolarité, je n'ai eu le diagnostique que fin 2011. Le premier doute est arrivé quand ma femme a vu le documentaire de Michel Courtemanche http://www.youtube.com/watch?v=u0xh0Wlx7B8 et http://www.youtube.com/watch?v=KdYgWW1qz1o. Par la suite, j'ai remplis le questionnaire présent sur http://test.revivre.org/utilisateur/doc ... olaire.pdf. Pour moi, un tel questionnaire qui distingue les high des down correspondant enfin à ce que je vis. C'est là que j'ai commencer à comprendre un peu mieux ma vie et mon passé. J'ai pu aller voir un spécialiste, savoir lui expliquer ce que je vivais et finir par avoir des médicaments plus approprié que seulement un antidépresseur.

Je ne savais pas qu'on peut être Bipolaire sans manie (folie). Bipolaire type 2, épisodes mixes... Bien des bipolaires ont des dépendances à l'alcool ou à certaines drogues, mais ce n'était pas mon cas non plus.

mélaniecoeur
Messages : 880
Enregistré le : 17 avr. 2012, 13:41

Re: Syndorme Asperger (autisme léger) et trouble bipolaire

Message par mélaniecoeur » 27 oct. 2012, 15:31

Bonjour L'Ermite,

Vaux mieux tard que jamais. Tu est tout pardonné!

Je te souhaite bon courage, ca ne doit pas être facile d'avoir des enfants comme cela! Mais aujourd'hui, il y a en a de plus en plus et c'est plus connu que vla 30 ans. Moi, j'ai 35 ans. j'ai eu un diagnostic de sydrome Asperger en 2007 à Douglas par le Dr Bourque. Ensuite, j'ai recu des services pendant 4 ans du CRDI (centre réadaptation en déficience intellectuelle) qui aidaient aussi les autistes et Aspergers. Ensuite, j'avais une travailleuse sociale au CLSC, que je voyais aux mois et elle trouvais que j'étais trop dépressive et anxieuse. Alors, elle et moi on a été consulté à l'hopital de rivières des prairires et là, ils ont décidé que je n'avais plus l'Asperger mais plutôt un trouble de personnalité limite. Ca s'est fait en 2011. Tout un choc. Alors, j'ai perdu les services du CRDI. Je me suis rammassé en thérapie à l'hopial et ca ne me convenait pas du tout. J'ai été 3 fois à l'urgence pour des idéations suicidaires en février et mars 2012. j'ai séjournée aussi en centre de crises en 2010. Pour moi, je suis toujours Asperger. Je n'ais pas été différente des autres enfants pour rien. Moi, je me dit que j'étais d'abord Asperger et que le trouble personnalité s'est développé ensuites à force de vivre des echecs répétitifs pour me faire des amis. J'ai au moins un copain depuis 12 ans. Mais on n'abite pas ensemble. ILs me ressemble. On n'a notre petite routine.

Je suis contente de ne pas être seule! Je me sens tellement comme une extra terrestre depuis toujours. Surtout quand j'étais adolescente! J'ai vécu beaucoup d'intimidation à l'école et au travail à cause de ma différence. C'est qui le nom de ta psychologue? Je cherche de l'aide pour essayer de me refaire évaluer pour rééavoir mon diagnostic Asperger. ATEDM essaie de trouver, mais cest pas évident pour les adultes de se faire évaluer. Il n'y a rien pour nous. On n'est en 2012!! Alors, je crois être Asperger et TPL. MOn psychiatre hier, aussi voyait plusieurs traits. C'était la 1er fois que je le voyais. Je le revois le 15 janvier. Alors, il va apprendre à me connaitre j'imagine. Vient tu de Montréal? A quel hopital as tu été pour cela? Car on peut pas aller à la même hopital pour les trouble Bipolaire et Asperger.

Merci de ton message et au grand plaisir de te relire!

lermite
Messages : 30
Enregistré le : 13 déc. 2011, 15:57

Re: Syndorme Asperger (autisme léger) et trouble bipolaire

Message par lermite » 01 nov. 2012, 22:02

À mon avis, lire le livre de Attwood, "Asperger Syndrome" est une bonne façon de savoir si on est Asperger. Il y a énormément d'exemple, d'interview de gens qui le sont. Il est aussi très systématique, couvrant beaucoup d'aspect, de l'enfance à l'adulte. L'approche d'Attwood et de cerner ce qu'est, de l'intérieure, un(e) asperger et partant de là, comment vivre avec et profiter des avantages. La psy que je connais à Montréal, a passé quelques années en Australie avec le Dr. Attwood. Il s'agit de Me I. Heinault.

Il y a 5 fois moins de d'Asperger féminine que masculin et je crois que le syndrome est alors différent et plus difficile à détecter du côté féminin. Dans le Protocol menant à un diagnostique d'Asperger, il y a une question qui me faire rire (pas vraiment), quelque chose du genre : "Est-ce que vous avez une fascination pour les chiffres". C'est aussi idiot que de demander si une boite de cure-dent tombe à terre et s'ouvre... combien il y a de cure-dent sans compter (voir RainMan). Tu répond non à la question sur les chiffres et tu viens de perdre un point dans le diagnostique. Mais ils ne demandent pas si enfant, on "enseignait" aux adultes, sur des sujets précis, qu'on connait mieux à 10 ans que des adultes. Enfant et maintenant, je peux regarder pendant des heures, une machine (pelle mécanique, robo, n'importe quel mécanisme complexe) qui fonctionne. Quand je passe dans le rayon quincaillerie (penture, loquet, requête, vis...) chaque objet prend une autre fonction et construit des parties d'une machine. Une penture avec une vis à 90 degré devient un mécanisme pour ajuster l'inclinaison d'une partie de la machine (ca marche, avec une énorme précision). En 10 pas, j'ai 30 nouveaux mécanismes que j'imagine en 10 secondes. Juste pour les décrire à quelqu'un, j'en aurait pour une ou deux heures. Alors que Raiman capotait sur les horaires d'avion et des statistiques d'écrasement, moi, ce sont les mécanismes. J'ai de la chance, c'est très vaste et ça inclus l'informatique (dans le sens qu'un programme est un ensemble d'éléments qui interagissent). J'ai touché un ordinateur pour la première fois, dans un cours de programmation au CEGEP. À la 3e semaines du cours, j'avais appris la matière de la session et après un mois, j'ai appris et appliqué des structure de données qu'on ne voit qu'au niveau universitaire. J'en connais un bout sur les réacteurs nucléaires (à neutron rapides), comme ceux au sodium qui, au lieu de produire du plutonium et des déchets ayant une demie vie de danger de 250 000 ans, permettent détruire justement le plutonium et de brûler 100% de l'uranium au lieu de 5%... et dont les déchets n'ont qu'une demie de 100 ans (500 ans et il ne sont plus dangereux du tout).

Tu vois, ce que je viens d'écrire ressemble à une conversation avec moi. Je commence avec un sujet et je bifurque sur quelque chose qui me pasionne ( ce qu'on appelle, dans le jargon aspi, un sujet d’intérêt spécial).

Mais j'ai de la difficulté à savoir, dans une conversation, c'est à qui de parler. À savoir si je peux ramener la conversation au sujet précédent ou s'il est trop tard. Plus il y a de monde (2, 3, 4, ...), plus j'ai de la difficulté à suivre la conversation et à savoir quand participer ou quand attendre. Les gens se détendent en groupe, mais moi, c'est quand je quitte le groupe que je commence à décompresser, parce qu'en groupe, il me faut beaucoup de concentration pour ne pas faire gaffe par dessus gaffe, comme parler de ce que j'aime tout le temps.

À mon avis, les tests ne sont vraiment pas mature, pas efficaces. Mais dans le monde médical, une maladie qui est qualifié de syndrome quand un ensemble de symptômes peuvent être présent, mais pas nécessairement tous présent. Autrement dit, 8 sur 12, donc 2-3 sont toujours présent. C'est le cas dans une maladie générique où en fait, une même maladie déprend de la combinaison de ces gênes. Tous présent, le malade est facile à identifier, mais on est malade même si on n'a que quelques gènes.
Parfois, un syndrome peut être scindé en une maladie précise (un gêne) et qu'un autre gêne du syndrome devient une autre maladie... et qu'on peux combiner le tout. Pour simplifier le tout (enfin, pas vraiment), l'environnement peut aussi contribuer.
Dans le cas de l'autisme, les médecins (jusque vers 1970) ont commencer à dire que les enfants autismes l'étaient parce que leur mère étaient froide. Mais une mère qui a le syndrome d'asperger est peut-être plus froide, mais c'est sa générique qu'elle transmet, ou son maris. Il ne faut pas confondre corrélation statistiques et relation de cause à effet. Des imbéciles en France essais de faire de la psychanalyse pour guérir des Asperger ou des autismes. Quand on n'a qu'un marteau comme outils, tout ressemble à un clou. Sans en connaitre les mécanismes, on sais que les Asperger n'utilisent pas leur cerveau comme les neurotypiques. Ces imbéciles me font penser à quelqu'un qui parlerait à train, en espérant qu'il devienne un avion. Il y a quelque chose de différent dans la façon de penser d'un asperger. Quand j'ai un problème à résoudre, je n'y pense pas et tout d'un coup, l'ensemble de la solution apparaît, je doit passer des heures à expliquer ma solution à quelqu'un, mais dès la 1er seconde, la solution était complète jusque dans les détails et ne ressemble à d'existant déjà.

Désolé, quand je commence... à parler ou à écrire, j'ai de la difficulté à arrêter.

Waldgänger
Messages : 812
Enregistré le : 11 juin 2011, 19:17

Re: Syndorme Asperger (autisme léger) et trouble bipolaire

Message par Waldgänger » 05 nov. 2012, 00:31

Merci mélaniecoeur d'avoir ouvert le sujet et merci lermite d'y participer.

Je ferai des recherches sur le livre d'Attwood, je n'ai pas une particularité significative comme les mécanisme mais disons qu'une quinzaine d'année sans effort réelle de l'intellect et une forte médication me ralentit un tantinet! Certes j'ai compléter mon secondaire I-II-III-IV a l'école des adultes en six semaine avec une moyenne de 96% en ayant un professeur qui me disait que j'allait trop trop vite car mes fautes etait dù a de l'innatention et non a un manque de compréhension. Ce qui m'intéresse au sujet du syndrome d'Asperger c'est la particularité des relation sociale significative et la difficulté de créer cet état qui semble commun au neurotypique.

J'aimerais comprendre ou plutôt être rassuré dans le fait que cela soit normale pour une personne atteinte d'un syndrome d'asperger d'être placide, neutre quand aux émotion subtile comparé aux émotions démonstrative (joie, colère, etc.) car je ne saisi pas ces émotions si elle ne sont pas clairement exprimé bref je décode mal une partie du langage humain car un isolement social crée une problématique dans les interactions, ce qui accroit l'isolement et pertube davantage ces interactions. Et si la problématique d'isolement origine d'un syndrome léger d'autisme je crois que je peux trouver des ressources personnelles et professionnel pour rétablir des paramètre normaux de socialisation significative dans ma vie.

Je ne suis pas malheureux d'être seul mais je ne suis pas heureux de ne pas mieux profiter de la réalité sociale qui m'environne.

Merci

Wald

lermite
Messages : 30
Enregistré le : 13 déc. 2011, 15:57

Re: Syndorme Asperger (autisme léger) et trouble bipolaire

Message par lermite » 06 nov. 2012, 13:04

Pour ce qui est des difficultés à reconnaître les émotions subtiles, mais en étant capable de comprendre les émotions plus évidente est tout à fait "normal" pour un Asperger et c'est mon cas. De plus, un neurotypique mémorise un évènement avec le contexte émotionnel qui l'accompagne. Beaucoup d'Asperger mémorise l’évènement sans ou presque sans l'émotion qui l'accompagne.

Jeune, chez les garçons, nous sommes généralement l'un de ceux sur lesquels les autres enfants se défoulent.

amourduprintemps
Messages : 6
Enregistré le : 05 nov. 2012, 10:04

Re: Syndorme Asperger (autisme léger) et trouble bipolaire

Message par amourduprintemps » 06 nov. 2012, 14:36

Salut,

oui, il est possible d'avoir un double diagnostique. Il est fort possible que ton SA t'est amené à un problème de santé mentale.
je suis éducatrice spécialisée et j'ai travaillé avec des jeunes ados TED qui avait plusieurs diagnostiques à la fois. Ce n'est pas rare de voir des jeunes autistes (ados) faire des dépressions et avoir des idées suicidaires. C'est l'âge où les relations sociales sont si importantes et pour certains, leur handicap rend la chose impossible. Pour ceux qui sont intégrer en milieu scolaire régulier, leurs manies, tic, vocabulaire rechercher, les fond mettre de côté par leur pair sans qu'ils comprennent pourquoi et comment faire pour ce faire accepter des autres.

Mes deux fils sont autistes de haut niveau. L'ainé à 13 ans et demi et est en secondaire 2. Il doit prendre du concerta pour son hyperactivité et il prend du risperdal pour son anxiété. Tout les TED ont un niveau d'anxiété plus élevé que les neurotypiques. Certains vont faire de l'autostimulation pour se calmer (flapping, bruits de bouche, sauté sur place), certains ont besoin de médication.

@+

Waldgänger
Messages : 812
Enregistré le : 11 juin 2011, 19:17

Re: Syndorme Asperger (autisme léger) et trouble bipolaire

Message par Waldgänger » 06 nov. 2012, 15:40

Bonsoir,

Merci pour vos réponses, j'ai trouvé sur internet quatre test pour évaluer le syndrome d'Asperger:

http://pages.videotron.com/frelyne/aspi ... Index.html

Quotient Autistique: 39
Quotient Empathique: 19
Quotient Amitié et relation: 33
Quotient Méthodique Révisé: 89

Je crois que je vais demandé à mon médecin de passer des tests adéquat car dans tout ces tests je suis dans la catégorie Asperger!

amourduprintemps
Messages : 6
Enregistré le : 05 nov. 2012, 10:04

Re: Syndorme Asperger (autisme léger) et trouble bipolaire

Message par amourduprintemps » 07 nov. 2012, 00:50

Pour un diagnostique de TED (trouble envahissant du développement), Il faut voir soit un psychiatre, soit une équipe multidisciplinaire (médecin, psychologue, psychoéducateur, ergothérapeute, orthophoniste).

mélaniecoeur
Messages : 880
Enregistré le : 17 avr. 2012, 13:41

Re: Syndorme Asperger (autisme léger) et trouble bipolaire

Message par mélaniecoeur » 07 nov. 2012, 16:33

Bonjour,

Je suis contente que mon sujet soit aussi populaire et qu'il attire l'attention. Merci de vous y intéresser!
Et oui, il faut voir un psychiatre ou équipe pour avoir un diagnostic. Moi, mon problème, à Riv des prairies, ils me l'on enlevés et ils ont mies bordeline l'année passée. Mais pour moi, j'ai encore un TED. J'ai demandé à Autisme Montréal de m'aider pour trouver un psychologue pour me réévaluer et c'est pas évident. Ca fait longtemps que j'attend. Je suis un peu découragée. J'ai une personnalité évitante, je fais de l'anxiété généralisée, trouble anxio dépressif et dysthimie. J'oubliais, j'ai aussi un TDAH. Je crois que oui, on peut avoir des troubles de santé mentale et un TED. C'est le TED qui peut nous ammener à développer de l'anxiété, dépressions. J'en ai fait 2 dépressions. Une à 15 ans et l'autre à 28 ans. Et ca jamais été traités ni diagnostiquées. Juste le fait d'être différent des autres jeunes, se faire intimider comme j'ai vécu à lÉcole et au travail. En plus, que mes parents ne m'aidaient pas. ILs me faisaient constamment des reproches et ce n'était pas toujours de ma faute. Je me demande en plus, si je serai bipolaire, car j'ai des crises d'énervement et ca dure quelque jours. J'ai plusieurs symptomes comme écrits dans le test de revivre. Je vois mon psychiatre dans quelques semaines, on verras.

Heureusement que cest fini ce temps là.

Merci de m'avoir lu!

melaniecoueur

Répondre