stress & diagnostique douteux

(maniaco-dépression)
Hedwig
Messages : 861
Enregistré le : 06 avr. 2016, 22:17
Localisation : Martinique (Département Français d'Outre-mer)

Re: stress & diagnostique douteux

Message par Hedwig » 08 juin 2016, 09:11

Les médicaments seuls ne t'aideront pas mais tu as déjà fait une bonne partie du chemin te concernant, ce que les médicaments vont faire c'est te permettre d'avoir des éclaircies dans ta tête. C'est ce qui te manque pour aller plus loin.

Les médicaments ne sont pas un frein, ils servent vraiment à remettre notre cerveau en équilibre. Ce blues dont tu parles c'est de la chimie toute bête. Notre cerveau manque ou a trop de composantes dans certaines parties. C'est ce qui change nos humeurs. Chez nous le dérèglement est permanent, les médicaments sont là pour gérer ce dérèglement.

Ça en vaut la peine, vraiment !
I AM TWO AND I GET ON WELL WITH BOTH MY SELVES

Revivre
Administrateur
Messages : 276
Enregistré le : 20 nov. 2009, 11:43

Re: stress & diagnostique douteux

Message par Revivre » 08 juin 2016, 10:14

Rebonjour Mico,

Je comprends très bien que ce travail dont on parle est long et ardu et qu'il peut y avoir des creux de vagues.

Savoir reconnaitre notre responsabilité est tout aussi important que reconnaitre ce qui appartient à la maladie et vous l'avez bien démontré en admettant qu'une partie de cette culpabilité que vous ressentez est en fait aussi un trait de caractère. Se connaitre est d'ailleurs la clé de voute pour trouver des solutions afin de composer avec les défis qu'amènent une maladie.

L'exercice que votre thérapeute vous a proposé peut d'ailleurs s'avérer très pertinent car il permet de voir qui vous êtes: ce qui vous définit, quels sont vos intérêts. C'est justement une occasion de vous reconnecter avec vous-même. Même si vous ne ressentez pas d'intérêt comme auparavant pour les activités qui vous procuraient du plaisir, c'est tout de même quelque chose qui vous décrivait alors et qui peut possiblement encore vous décrire mais vous n'êtes simplement pas disposée à le ressentir pour l'instant.

Rien n'est aussi simple et dichotomique que subir ou refuser la dépression par contre.

Il importe plutôt de se frayer un chemin au milieu de ces deux possibilités: accepter et gérer, et tenter de trouver sa place, en découvrant des stratégies pour gérer l'anxiété et l'affectivité négative caractérisant bien la dépression, en acceptant un nouveau rythme de vie et en s'armant de nouveaux alliés: thérapeute, médecins, amis.

D'ailleurs, vous avez vous-même abordé une stratégie très intéressante afin d'accomplir ces différentes étapes: les groupes d'entraide.

Sachez qu'il en existe un peu partout ou presque, il suffit de les connaitre. Sur la Rive-Sud, il y a G.E.M.E.: Groupes d'Entraide pour un Mieux-Être.

Je laisse ici les coordonnées pour ceux que cela intéresse dont vous Mico: 450-332-4463.


Au plaisir,

mico
Messages : 46
Enregistré le : 12 févr. 2011, 16:49
Localisation : Rive-Sud

Re: stress & diagnostique douteux

Message par mico » 09 juin 2016, 06:43

Bonjour,

J'ai suivi par le passé des therapies de groupe et les résultats ne furent pas selon mes attentes. Je crois qu'il ne faut pas tout miser sur cela non plus.

Quand je viens sur le forum, je trouve cela apaisant pour me permettre de passer à travers. J'ai encore fait de beaux rêves cette nuit au point ou je ne voulais pas me lever. Du moment que je sors du lit, la souffrance revient. Pour ne pas trop avoir mal, je me concentre juste sur la journée, oublaint la fin de semaine qui arrive et les plans pour parvenir à passer à travers sans trop me décourager. Le courage, il en faut beaucoup. Je dvrais avoir une meilleure journée au travail car quelques dossiers ont fait surface. Je n'aurai pas à aller me cacher dans les toilettes pour pleurer mon mal de vivre.

Lorsque je ne suis pas bien, je suis également pris de tremblements, un genre de toc que j'ai développé depuis quelques temps. Je suis vraiment perdu dans tous ces comportements et ...... c'est vraiment dure de ne pas sombrer parfois.

Merci de me lire

Hedwig
Messages : 861
Enregistré le : 06 avr. 2016, 22:17
Localisation : Martinique (Département Français d'Outre-mer)

Re: stress & diagnostique douteux

Message par Hedwig » 09 juin 2016, 07:10

Tu ne te rends pas compte à quel point t'as déjà tout compris. Il te manque un je ne sais quoi pour apaiser ta douleur.

T'as vraiment fait la majorité du chemin. Je te souhaite de trouver ce qui va t'aider à passer le cap. Peut-être l'acceptation pure et simple que tu vas vivre avec cet état et que ce ne sera pas plus dur.

Tu crois survivre mais quand je te lis je vois que tu VIS et bien plus que tu ne le crois.
I AM TWO AND I GET ON WELL WITH BOTH MY SELVES

mico
Messages : 46
Enregistré le : 12 févr. 2011, 16:49
Localisation : Rive-Sud

Re: stress & diagnostique douteux

Message par mico » 10 juin 2016, 08:42

Je suis encore en mode panique car mes journées sont difficiles. Ce matin, j’avais juste le goût de rester au lit et de ne pas me présenter au travail. Moi qui suis cadre en plus, je n’aurais jamais pensé me retrouver avec une telle démotivation. Cet arrêt de travail m’a mis dans une situation dont il est difficile de m’extirper. Je me sens sur le bord de la porte, moi qui ai tout donné à cette compagnie.

Je trouvais ici ce dont j’avais besoin. Un espace où je pouvais donner le meilleur de moi-même en toute liberté et avec des résultats. Quad je pense à ma chute, je vois quelques éléments déclencheurs qui sont apparus ici avant mon départ. L’arrivée de nouveaux visages, et la présentation d’un nouveau poste pour moi.

Rien pour me remonter le moral et prendre du mieux. Puis là le weekend qui arrive. Est-ce que ça va toujours être plate comme ça ? Est-ce moi qui est si déconnecté que je ne parviens plus à voir le beau qui est là devant moi. La dépression, c’est voir les autres et vouloir changer de vie avec eux, peu importe qui ils sont et ce qu’ils font.

J’ai demandé à la secrétaire de devancer notre RV car même si je dors bien, je ne vois aucune amélioration sur mon moral, bien au contraire je me sens encore aller vers le bas et m’isoler d’avantage. Avant, je pouvais passer un weekend sans parler à personne et je pouvais vivre, mais maintenant, passer un weekend seul avec moi-même me fait trembler et me rend très triste. Gérer la solitude devrait être plus facile il me semble, car je ne suis justement pas seul à vivre comme ça ?

Merci de me lire

Hedwig
Messages : 861
Enregistré le : 06 avr. 2016, 22:17
Localisation : Martinique (Département Français d'Outre-mer)

Re: stress & diagnostique douteux

Message par Hedwig » 10 juin 2016, 11:44

Tu tiens le bon bout.

Cette solitude qui te paise aujourd'hui ce n'est pas anodin. Il faudrait chercher ce qui a déclenché ce besoin des autres. Sentiment tout à fait normal. J'ai envie de te dire que c'est avant que tu avais un problème.

Aujourd'hui tu vis et tu vois clair sur ce qui te manque. Tu es vraiment sur le bon chemin
I AM TWO AND I GET ON WELL WITH BOTH MY SELVES

mico
Messages : 46
Enregistré le : 12 févr. 2011, 16:49
Localisation : Rive-Sud

Re: stress & diagnostique douteux

Message par mico » 15 juin 2016, 12:26

Je sens que mes jours sont comptés ici. Je ne me sens tout simplement plus dans le coup. Lorsque j’étais au pire et que je voulais mourir, je m’imaginais de toute façon que j’étais fini. C’est étrange comme je n’ai pas de réaction, comme si je m’en foutais presque. Je vendrai mon auto neuve qui de toute façon me laisse complètement indifférent. Mon système de son aussi. C’est insensé comme plus rien ne m’allume.

Je passe mes soirées dans un appartement qui ne me plaît pas, que j’ai loué sur un coup de tête et qui me coûte une fortune. Moi qui ai connu la belle vie (bémol), je me fais maintenant à l’idée de passer ma vie comme ça. J’avais une conjointe, je l’ai fait tellement virer folle avec mes humeurs. Je ne lui en veux pas maintenant, même si cette séparation me laisse fort perdant financièrement.

Je tourne en rond et mon univers se résume entre m’enfermer dans mon appart, le travail qui ne m’apporte plus rien, et l’épicerie car ça on n’a pas le choix. J’en ai gros sur le cœur, vraiment gros. Mais je ne jouerai pas la victime, je fus mon propre bourreau.

Je me défoule, je regarde cette belle journée, la première de plusieurs à ce qui parait, et je ne suis même pas capable de me réjouir. Ce soir, ce sera comme hier, et comme demain, ce sera insignifiant. Ce sera une demi-vie. Celle d’un homme à qui personne ne demande de conseil et qui ne se sent pas en mesure d’en donner. Celle d’un homme qui maudit sa vie et ses nombreuses erreurs, et qui ne s’attendait pas à cette nouvelle dépression ou bipolarité ou appelez-ça comme vous voudrez.

Hedwig
Messages : 861
Enregistré le : 06 avr. 2016, 22:17
Localisation : Martinique (Département Français d'Outre-mer)

Re: stress & diagnostique douteux

Message par Hedwig » 15 juin 2016, 13:12

Wow !! Quelle auto-critique !!

Tu as vraiment dû être une personne avec un sale caractère pour être autant dur avec toi. Pourquoi tu continues de regarder cet homme que tu as été?? Pourquoi tu ne t'occupes pas de l'homme que tu es en train de devenir ?

Mico, la vie n'est pas là pour nous laisser dans notre petit confort. Elle est là pour nous faire grandir et renaître à chaque nouvelle péripétie. Tu as vécu une partie de ta vie sans voir les conséquences pour plus tard. Qui ici ne l'a pas fait et ne continue pas de le faire ?! On fait le bilan ou du moins, on essaye et on avance parfois amputé, parfois en titubant, parfois en rampant MAIS on avance. La vie ne sert pas à rester sur le bord de la route, regarder les voitures passer en se disant qu'on a tout raté. Si c'était comme ça, ce forum n'existerait pas. On serait tous mort.

Ça te prendra le temps qu'il faut (ajustements dans ton traitement, psychothérapie, acceptation de la personne que tu es aujourd'hui, deuil de celle que tu étais) mais à un moment tu mettras le contact et tu rouleras comme nous tous. Tu tomberas en panne de temps en temps et tu repartiras peut être un peu plus cabossé mais tu continueras ta route comme nous tous.

Tu peux penser que t'as plus la force mais sache que le jour où tu as décidé de vivre en poussant ton premier cri, c'est que la vie te lâcherai plus. L'impression de plus pouvoir c'est la maladie PAS TOI!!

Il faut que tu trouves le traitement adéquat pour te sortir de cette situation. On l'a tous dit ça peut être long mais ça en vaut la peine.

On souffre tous et on veut tous abandonner mais on est toujours là parce que cette vie c'est pas qu'on pense pas à la quitter, c'est qu'elle nous colle à la peau. Comme à toi.

Continue d'écrire Mico.
I AM TWO AND I GET ON WELL WITH BOTH MY SELVES

mico
Messages : 46
Enregistré le : 12 févr. 2011, 16:49
Localisation : Rive-Sud

Re: stress & diagnostique douteux

Message par mico » 15 juin 2016, 18:16

Bonjour Hedwig,

Merci pour tes conseils et commentaires. Pour l'instant, je ne parviens pas à sentir autre chose que ma souffrance. Comme dépressif d'expérience, je sais que ça devrait se résoudre, mais c'et dur et très long.

Merci encore

mico
Messages : 46
Enregistré le : 12 févr. 2011, 16:49
Localisation : Rive-Sud

Re: stress & diagnostique douteux

Message par mico » 16 juin 2016, 11:00

On parle de carrière et de tout ça, la mienne bat vraiment de l’aile. On regarde pour embaucher une autre personne dans mon nouveau département. Je me demande comment réagir à cela, moi qui passe mes journées à ne rien faire. J’ai connu ce type de situation dans le passé. J’ai perdu mon emploi ensuite.

Je suis vraiment perdu dans cette situation et je ne sais pas comment réagir. Je suis très anxieux mais résigné on dirait. Je ne parviens pas facilement à suivre les conversations des gens avec qui je travaillais avant. Je me sens on dirait moins intelligent. J’ai peur de manger ma claque, d’effectuer la dernière descente.

Je lisais hier un article sur un ex-athlète en procès, et l’article parlait de sa descente professionnelle, financière et dépressive. Parfois on regarde ce que certaines personnes peuvent vivre, et ce peu importe leur réalité ou d’où ils viennent, mais on peut toujours tomber plus bas qu’on croyait possible de le faire.

Je suis vraiment tourmenté et je vois peu de répit. Durant le weekend, je dois parvenir à passer un bon moment avec mon amie, il faut que je parvienne à vivre le ici maintenant.

Répondre