Insomnie et trouble schizo-affectif

Dépression majeure - Dépression saisonnière - Dépression post-partum - Dysthymie
Ouena
Messages : 1800
Enregistré le : 23 juin 2014, 10:12

Re: Insomnie et trouble schizo-affectif

Message par Ouena » 09 déc. 2018, 06:08

Bonjour Sky! Merci encore plus le complément d'info, ça m'éclaire vraiment, qu'entends-tu par symptôme cognitifs? De mon côté Je suis comme dépressive à l'année, j'ai eu quelques hypomanies et 1 ou 2 grosses psychoses (dont une que je sais pas si c'est pas plutôt une hypomanie). Je n'ai pas eu d'hallucination en dehors de mes psychoses. Mais je crois que j'ai des idées délirantes mais c'est dur de savoir quelles pensées sont délirantes quand se sont nos propres pensées, un psy dans la vingtaine m'avait aidé à identifier les idées délirantes des autres, il disait que je marchais sur la ligne du psychotique et que je tomberais jamais dedans, il a eu tord j'y suis déjà tombée, aidée par le cannabis.
J'ai eu différent diagnostics au courant de ma vie le dernier c'est trouble schizo-affectif, je dirais qu'il date de 7 ans à peu près. Mais je suis pas mal stable. Le plus dur c'est d'accepter cette marginalité et l'isolement social. Mais vous êtes là gens du forum et ça m'aide beaucoup. Bonne journée Sky té vraiment fine de m'aider alors que tu as tes propres enjeux. Merci pour cette discussion.

skyhight43
Messages : 401
Enregistré le : 20 oct. 2017, 12:54

Re: Insomnie et trouble schizo-affectif

Message par skyhight43 » 09 déc. 2018, 12:14

Allo Ouena pour les idées délirantes j'ai trouvé ses quelques définitions http://www.psychomedia.qc.ca/lexique/de ... -delirante
Pour problèmes cognitif je parlerais plus de troubles de la mémoires de perte de concentration et j'ai toujours l'impression que mon cerveau va se mettre à crier ou tomber dans les pommes ses comme si sa surchauffait la dedans :lol: as tu un gros manque d'énergie ,moi ses l'enfer. A chaque coup dur mes hallucinations idées noires sont présente mais depuis le lithium je n'ai plus de symptôme de manie mais plus de dépression mon psy actuelle doute du diagnostique posé car il ne m'a jamais vue en manie mixte. Mais il laisse courir comme y dit
Le voyage est un retour vers l'essentiel.
Proverbe tibétain

Avatar du membre
3.14R
Messages : 905
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: Insomnie et trouble schizo-affectif

Message par 3.14R » 09 déc. 2018, 15:01

Ouena a écrit :
09 déc. 2018, 06:08
Le plus dur c'est d'accepter cette marginalité et l'isolement social.
Salut Ouena,
C'est pas mal pareil pour moi. Un marginal. Je suis comme ça, je me sens comme ça. On me traite comme ça même quand on sait pas que je suis bipo. Il faut croire que je dégage une forme d'énergie bizarre. Je suis moi aussi très isolé. Encore plus depuis que je vis ici. Moins de possibilité de rencontrer de nouvelles personnes. Mais une grosse partie de mes sentiments de solitude sont comblés par mon attitude à ne rien attendre de personne. Je peux passer de longues semaines sans contact avec ma famille. Et à part une petite nostalgie parfois les choses vont bien. Je m'occupe beaucoup dans l'écriture. Ça aide. Je crois que l'on devrait tous se trouver une activité créative. Quelque chose qu'on pratique tous les jours, que ça nous tente ou pas. Quelque chose qu'on aime par contre. Mais pas obligé d'attendre que ça nous tente.

Je sais, il n'est PAS évident de trouver quelque chose qui nous tente quand toutte va mal. J'ai passé des années en dehors du système tellement j'allais mal. Des années comme si j'étais un mort vivant. Même ma famille m'appelait pas. Un silence total.

Accepter la marginalité du à notre maladie c'est une chose et travailler à gérer l'isolement social c'est autre chose. Moi je vois ça comme deux jobs différentes. Trouver des activités qui meublent notre solitude fait partie pour moi d'un travail essentiel vers l'équilibre. Pas avoir ça je serais dans un trou noir. J'ai fait des listes interminables de choses que "si j'allais bien" je voudrais faire. Mais j'ai pas d'argent alors je me suis limité. J'ai choisis deux choses qui depuis, me passionnent. Ces activités meublent ma solitude. Je peux passer de grandes journées à écrire ou à travailler des photos. Cela me permet de ne pas me morfondre.
L'isolement social ne change pas mais c'est moins pénible.

La marginalité. Tout un sujet de discussion. Il y a plus de 7 milliards d'humains sur la terre. Es tu si différente que ça d'eux autres? Non. On a tous notre place sur la planète. Tu existes et tu as le droit de vivre. De porter les fardeaux que t'imposent ta maladie. Tu sais, on évitera plus le poids de la maladie mais on peut s'alléger selon notre philosophie de vie. J'ai des problèmes ces temps ci. Des probs qui me bouffent la vie. Tu parlais de gouffre et bien c'est ça. Un gouffre s'est ouvert et on m'y pousse. Je ne veux pas me laisser faire. À cause de la maladie qui nous égorge quelques fois on est confronté à un gouffre pour des riens. Ça PRENDS de la résilience. Il en faut. On doit faire des efforts pour l'obtenir. J'ai eu un psychologue qui me suivait un moment donné et il dormait comme dorment les chats. Une heure par ci par là. Il me raconta qu'il avait des problèmes de vie lui aussi et que les limites étaient aussi pour lui. Il gérait son temps et dormait dans sa chaise dans son bureau entre des rendez vous qu'il espaçait de 15 min. Ses conseils ont été très utiles pour que je gère mes problèmes à l'époque. Il n'avait pas de condition (à ma connaissance) mais il devait gérer le gouffre lui aussi.

Je pense qu'on est amené à s'accepter avec nos handicap et à travailler nos limitations pour réussir à avoir une vie agréable. Nager dans le bonheur je crois pas à ça, même les moines bouddhistes n'ont pas accès à ça. Le bonheur c'est une forme d'énergie qui passe occasionnellement selon moi. Faut en profiter quand ça passe. Si on choisit d'occuper notre esprit sur des trucs qu'on peut pas changer on perd de l'énergie. Je suis bien placé pour dire ça j'ai passé des années à fuir qui j'étais, à refuser les traitements. Pour moi on me médicamentait pour me tenir down. Volontairement. Pour que je ne fasse pas de "tort" à la société. J'étais dans l'champs.

Il y a la possibilités de réorganiser nos pensées, faire des prises de conscience de qui ont est. Accepter ou vivre dans le déni.

Je radote alors je vais te laisser, souhaitant que tu puisses te sentir en accord avec qui tu es profondément. On a le droit de vivre notre maladie comme on peut, mais je pense qu'on est appelé à changer en soi des choses qui nous alourdissent. Si notre philosophie de vie nous bloque ou nous down, on peut changer. Je crois ça en tout ça. C'est ce que j'essaye de faire en ce moment face à mon problème familial. On vit à partir de soi même, pas à partir de ce que pensent les autres.

désolé si c'est un long message, j'avais pas le goût de te laisser toute seule ;)
Modifié en dernier par 3.14R le 09 déc. 2018, 17:44, modifié 1 fois.

DemiLiard
Messages : 802
Enregistré le : 01 juin 2014, 07:46

Re: Insomnie et trouble schizo-affectif

Message par DemiLiard » 09 déc. 2018, 17:42

Allo Ouena. Je suis un peu en retard mais moi aussi mon diagnostic c'est le trouble schizo-affectif par contre je crois que mon côté bipolaire est plus prononcé, surtout si je compare avec mon frère qui a un diagnostic de schizophrénie. Mais je dirais en partant si tu es bipolaire et que tu fais des psychoses, ça rapproche du côté schizo-affectif. Surtout dans mon cas puisque ce n'étaient pas des psychoses toxiques. Aussi j'ai parfois des hallucinations tactiles (insectes qui se promènent sur mon corps). J'ai également eu des hallucinations visuelles et auditives mais seulement en psychose. Certains schizophrènes ont des hallucinations quasiment en permanence...

Ouena
Messages : 1800
Enregistré le : 23 juin 2014, 10:12

Re: Insomnie et trouble schizo-affectif

Message par Ouena » 10 déc. 2018, 07:48

3.14R a écrit :
09 déc. 2018, 15:01
désolé si c'est un long message, j'avais pas le goût de te laisser toute seule
Pas de faute, j'aime beaucoup te lire et ta réflexion me nourrit! Merci 3.14R

Merci Demiliard pour la réponse, elle m'éclaire vraiment, c'est ce que j'avais besoin.

Bonne journée à tous!

Esquisse
Messages : 409
Enregistré le : 15 févr. 2010, 15:29

Re: Insomnie et trouble schizo-affectif

Message par Esquisse » 18 déc. 2018, 01:19

Coucou Ouena,

Je passe en coup de vent (normalement je fais dodo à cette heure...) simplement pour te dire que j'apprécie ta présence et j'aime bien te lire, suivre ton cheminement. Tes petits mots dans mon fil quand je poste un message me font toujours du bien. Merci d'être là !

En parallèle du forum, je te souhaite de découvrir quelques belles personnes "en personne", avec qui te sentir bien pour faire des activités ou échanger.

TimothyTek
Messages : 8
Enregistré le : 24 janv. 2019, 23:03
Localisation : Denmark
Contact :

Insomnie et trouble schizo affectif

Message par TimothyTek » 29 janv. 2019, 08:41

Oui mais voilГ  les thГ©rapies que ce soit une ou une autre il faut parler....
Ce que j ai extrГЄmement de mal a faire....

Et puis si le psychiatre ne ma pas parler de thГ©rapie c est peut ГЄtre que c est pas ou mal approprier pour le trouble...

Tu a fait une thГ©rapie ? Laquelle ? Г‡a se passe comment ?

Ouena
Messages : 1800
Enregistré le : 23 juin 2014, 10:12

Re: Insomnie et trouble schizo-affectif

Message par Ouena » 12 févr. 2019, 08:36

Esquisse a écrit :
18 déc. 2018, 01:19
Coucou Ouena,

Je passe en coup de vent (normalement je fais dodo à cette heure...) simplement pour te dire que j'apprécie ta présence et j'aime bien te lire, suivre ton cheminement. Tes petits mots dans mon fil quand je poste un message me font toujours du bien. Merci d'être là !

En parallèle du forum, je te souhaite de découvrir quelques belles personnes "en personne", avec qui te sentir bien pour faire des activités ou échanger.
Bonjour Esquisse, ça m'a pris du temps à voir ton message, je n'étais pas revenue sur ce post. Ton message m'a fait vraiment plaisir. Merci beaucoup.

Ouena
Messages : 1800
Enregistré le : 23 juin 2014, 10:12

Re: Insomnie et trouble schizo-affectif

Message par Ouena » 26 févr. 2019, 11:30

Je reviens ici car je me questionne dans ces temps-ci... sur mes désordres de la pensée. Je peux penser quelque chose et son contraire au courant de la même semaine ou même journée. Je suis ambivalente +++ ce qui fait que je n'avance pas, je piétine. Mon humeur aussi peut passer de euphorique à désespérée, rarement entre les deux. Des fois je peux être euphorique à l'idée d'aller acheter du savon à linge en fin de journée ou désespérée que ma salle de bain soit sale et pas le courage de la nettoyer. Ça me fait mal ce diagnostique, ça fait longtemps que je l'ai et je l'ai jamais admis. J'admettais un trouble de santé mentale mais au plus profond de moi je me disais que j'avais juste raison d'être malheureuse étant donné les éléments extérieurs. J'ai aussi de grosses angoisses, pas de symptômes physique, juste des pensées qui me torturent liées à la misère humaine, à l'environnement à mon destin que je suis sûre sera tragique (que je pense dans ces moments là. Ça me gruge beaucoup d'énergie tout ça et j'avais décidé de mettre ma vie sur la glace avec tout ce que ça implique d'états dépressifs et de paresse. Mais j'ai des soubresauts de bonne humeur, des soubresauts d'espoir... graduellement, depuis 1 an ou 2 je recommence à vivre, c'est très graduel, j'ai des soubresauts de désespoir de voir ma vie si vide, des soubresaut d'euphorie quand j'ai une sortie (très rare) avec un ami. Je ne sais plus quoi penser :roll: En tout cas, je suis sur la voie du changement, mais ce ne sera pas un changement spectaculaire comme au courant de ma vie, ce sera graduel, c'est ça être vielle, je vais avoir 50 ans en novembre (même si je suis comme une ado) et je crois que j'ai déjà commencé ma crise de la cinquantaine. Une aînée qui pense comme une ado :roll: Pour finir sur une note plus positive, merci de m'avoir lue, j'avais besoin de partager.

Avatar du membre
3.14R
Messages : 905
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: Insomnie et trouble schizo-affectif

Message par 3.14R » 26 févr. 2019, 12:51

Salut Mlle Ado_Ouena...

On peut dire qu'il y a de la profondeur ici. La majorité de gens que j'ai connu dans ma vie ne se posaient pas vraiment de question. Une vie de robot. Ce n,est pas le cas avec toi. Ces questionnements donnent du relief à ta personnalité et tu ne devrais pas tenter de minimiser ces efforts. Ça fait parti de toi. Tu te comprends mieux que la majorité des gens.

D'un côté il y a un peu d'humour dans ton désespoir. De l'autre, oui, oui ça en gruge de l'énergie de se comprendre et de tenter de composer avec des limitations. Ce que tu ne parles pas souvent c'est: que sont donc ces attentes que tu aimerais combler? Une ou deux choses ou bien une liste? Tu aimerais être autrement? Vraiment? Comment aimerais tu être?

Je pense que le plus dur c'est de s'accepter et d'apprendre à vivre ce que l'on peut avec qui nous sommes. Il y a si peu de gens qui font ce travail là... Pourtant, je pense qu'elle est là la solution à beaucoup de problèmes intérieurs. Ça fait du sens? Vivre comme nous le pouvons avec qui nous sommes réellement.

J'ai beaucoup de pensées parasites dans mon quotidien. Tellement que cela me rends dysfonctionnel sur le plan du travail. Une sensibilité anormal au stress depuis mon diagnostique de bipolarité m'empêche de travailler. J'ai pourtant essayé. Je cherche constamment des façons de ressentir la vie autrement que comme une victime ou un robot sensitif. Il y a chez toi ce genre de travail et tu ne devrais pas baisser les bras, guérir ne veut pas dire ne plus travailler sur soi. Tes pensées parasites peuvent servir à alimenter une démarche de construction de ta personnalité.

J'imagine que tu vis beaucoup de découragement dû à des sentiments de solitude. Seule d'être ainsi tel que tu es. Sur la planète il y a une multitude de gens comme nous qui souffrent dans leur âme et qui affrontent l'ombre et les ténèbres quotidiennement. Tu n'es pas seule. Il y a une solidarité d'esprit entre nous tous. Juste dans le forum nous sommes très nombreux à s'assumer dans nos limitations.

Tu parles de ton destin tragique. Tu parles de prendre congé du forum. Tu dis vouloir mettre ta vie sur la glace.
C'est intime tout cela.
Et chaque item mérite que tu développes.
Qu'imagines tu ton destin tragique?
Quelles sont les forces qui te pousseraient à prendre congé du forum?
Comment met-on une vie sur la glace?

Pour moi ce sont des questions à déploiement pour alimenter des soirées de discussions, des heures de discussions, des kilomètres de mots.
Je t'encourage à ne pas arrêter tes questionnements mais à les écrire dans un livre de travail.
Qui es-tu?
Qui crois-tu que tu devrais être?
Qui peux-tu devenir?

Je crois que nous sommes multidimensionnels = intellectuellement, émotionnellement, physiquement et nos pensées forment à l'intérieur de nous une trame riche qui donne un sens à notre vie. Un des sens de la vie c'est de se co-naître et tu y travaille. Faut pas que tu te décourages.

:)

Répondre