Worries of a twenty something

Dépression majeure - Dépression saisonnière - Dépression post-partum - Dysthymie
Aïsha

Worries of a twenty something

Message par Aïsha » 15 mai 2016, 23:58

La meilleure chose que j'ai accomplie cette année : dormir 40 heures.

Pourquoi suis-je incapable de faire des choses qui me ferait me sentir mieux ? Rien de compliqué. Ce n'est pas difficile : sortir du lit. Manger. Voir des gens. Leur parler. Faire de l'exercice. Écrire. Lire. Rire.

Si vous voulez faire quelque chose de votre vie, alors faites-le et allez de l'avant.

Certes.

Mais cela nécessite tellement de travail que je ne saurais pas où commencer. Je ne sais pas comment m'y prendre mais ce que je sais, c'est que ça ne marchera pas. Je serai jugée. Je ne peux pas le faire. Je ne peux pas le faire seule. Je ne connais personne. Ce serait un désastre total.

Bon travail. Je m'arrête avant même de commencer. Je suis si paresseuse que je ne pourrai jamais accomplir quoi que ce soit.

God, I hate you so much.

Très probablement que je dormirai 12 heures, puis 12 heures, encore et encore.

Je prends du Xanax depuis plusieurs mois et du Citalopram/Seropram depuis 23 jours, sans effets.

Je serais ravie de discuter, ici ou en privé, avec quelqu'un qui a aussi cette narcolepsie et cette dépression.

Hedwig
Messages : 861
Enregistré le : 06 avr. 2016, 22:17
Localisation : Martinique (Département Français d'Outre-mer)

Re: Worries of a twenty something

Message par Hedwig » 16 mai 2016, 09:14

Salut Aisha,

Je peux pas rester longtemps, mais on aura le temps de discuter.

Je veux juste te dire une chose tu n'es pas paresseuse, tu es malade. C'est comme si tu disais à un tétraplégique : "arrête de te morfondre dans ton fauteuil et viens courir avec moi, allez DEBOUT !!"

Quand on est dépressif c'est pareil, ton cerveau ne t'obéis plus. Tu sais ce qu'il faudrait faire pour aller mieux mais ton cerveau ne reponds plus.

Est-ce que tu as un suivi psychiatrique et psychologique pour gérer tout ça ? Et surtout pour comprendre que ce n'est pas toi qui va decider de quoi que ce soit pour le moment parce que tu es touchée au niveau du centre principal des prises de décisions.

D'ici quelques heures tu vas recevoir des tas de messages de personnes qui sont passées ou passent parce que tu vis.

On va te chouchouter Aisha
I AM TWO AND I GET ON WELL WITH BOTH MY SELVES

Aïsha

Re: Worries of a twenty something

Message par Aïsha » 16 mai 2016, 10:38

Merci de ton passage, Herdwig.

Je ne suis peut-être pas paresseuse, mais je n'aboutis aucun projet que je commence. Je suis consciente que la vie peut se baser sur aucun objectif ; on peut sortir, aller où l'on veut et voir où l'on attérira.

Maladie ou pas, ce n'est pas qu'une question de paresse, c'est réellement handicapant. J'oublis ce que j'ai dit ou fait il y a 30 minutes, je n'ai plus confiance en l'avenir, et je dors à n'en plus me réveiller. J'ai dormi toute l'après-midi, alors que j'avais dormi cette nuit, et je dormirai encore cette nuit.

Je suis suivie par un très bon médecin généraliste, mais comme il l'a dit, ça prendra du temps à me "redonner un coup de boost". Je le vois demain justement, je ne saurais trop quoi lui dire sur ce Citalopram (antidépresseur) ; le continuer malgré qu'il me rend amorphe, ou essayer une autre classe médicamenteuse ? Je n'ai pas envie d'avoir passé 23 jours à dormir en espérant que cet antidépresseur ferait effet à un moment donné et qu'au final, non, c'est pareil (si ce n'est pire à cause de la narcolepsie).

En attendant, je puise mes dernières forces, et Dieu sait qu'il est difficile, à écrire un livre basé sur trois histoires vraies entrêmelées entre un suicidaire (Français), une bipolaire (Chinoise) et une dépressive (moi-même, Somalienne) en reprenant des citations écrites parfois jusqu'en 2010 (sur leurs blogs respectifs) pour remonter et voir comment agit la dépression jusqu'à, parfois, la mort. Ce serait une sorte de livre biographique mélangeant ces trois personnes, sans forcément qu'elles ne se rencontrent, mais qui expriment leur maladie et leur détérioration, mais aussi leurs plaisirs.

C'est le seul objectif que je me suis fixée, et j'avance tout de même assez vite. Comme dit précédemment, si une personne veut participer à mon projet, nous pourrons en discuter. Ce livre ne sera pas payant, c'est vraiment pour expliquer nos mal-êtres et s'extérioriser.

Je n'ai personne à qui parler et personne ne comprend ma souffrance, tout comme je ne peux connaître la vôtre.

J'espère pouvoir en discuter ici, mais positivement.

Lire trop de négativités me rend triste.

isa456
Messages : 1468
Enregistré le : 19 janv. 2016, 10:05

Re: Worries of a twenty something

Message par isa456 » 16 mai 2016, 11:22

Bonjour Aisha et bienvenue sur le forum,

Je suis bipolaire de type 1, diagnostiquée il y a plus de 15 ans, et je suis présentement en phase dépressive et en arrêt de travail.

Je dors aussi beaucoup et je ne suis pas très motivée à entreprendre des choses.

Il me fera plaisir de discuter avec toi.

Hedwig
Messages : 861
Enregistré le : 06 avr. 2016, 22:17
Localisation : Martinique (Département Français d'Outre-mer)

Re: Worries of a twenty something

Message par Hedwig » 16 mai 2016, 11:23

Tu décris si bien notre mal être. Il serait peut être bon que tu evoques la possibilité de voir un spécialiste avec ton médecin. Comme tu dis tu ne peux pas prendre des medocs qui te cassent et ne t'aident pas à voir plus loin et comprendre ce que tu as.

Ma generaliste est géniale mais quand elle a vu que mes coups de mous étaient liés avec d'autres comportements, elle m'a fait voir un psychiatre en urgence. Je faisais déjà une psychothérapie. Le psychiatre a servi a mettre le doigt sur le problème et il a mis le diagnostic.

Ça a l'air bête mais quand on a enfin un diagnostic, il y a comme un poids qui se soulève après il y a tout un travail d'acceptation à mettre en place mais c'est à ça que sert la psychothérapie.

Pour ton idée de livre. On n'arrête pas de me tanner pour en écrire. Alors tu es peut-être le petit coup de booste qui va me donner la force de le faire.

Je t'invite à lire mes posts et tu me diras si tu veux utiliser quelque chose me concernant. Je trouve que c'est une belle idée.

I also speak English if you want to chat via private messages.
I AM TWO AND I GET ON WELL WITH BOTH MY SELVES

Surlaroute
Messages : 336
Enregistré le : 28 mai 2010, 14:57

Re: Worries of a twenty something

Message par Surlaroute » 16 mai 2016, 12:55

Bonjour Aisha. Je me demandais si tu étais au Québec? Car Revivre, ce n'est pas qu'un forum, il y a aussi des rencontres de groupe 3 fois/semaine. Si tu as un suivi médical, c'est bon. Un anti-dépresseur peut mettre jusqu'à 6-8 semaines à faire effet.

Ton projet est très intéressant. Cela prouve que tu peux faire des choses. Toutefois, est-ce que tu as des idées suicidaires?

Aïsha

Re: Worries of a twenty something

Message par Aïsha » 16 mai 2016, 13:08

isa456 a écrit :Je suis bipolaire de type 1, diagnostiquée il y a plus de 15 ans, et je suis présentement en phase dépressive et en arrêt de travail.
Merci pour ton accueil, Isa456.

Je ne connais que très mal la bipolarité, qu'elle soit de type I ou II, mais j'aimerais te montrer une vidéo d'une personne qui me semble être prise d'un épisode psychotique aigu (bouffée délirante aigüe), mais avant j'aimerais savoir si ça t'es déjà arrivée d'en avoir et si tu t'en souviens. Dans le livre que j'écris, c'est un point qui me parait essentiel pour comprendre ce phénomène.

Si tu es d'accord, je t'envoie un MP de cette vidéo. Je préfère le faire par messagerie privée parce que la vidéo est assez troublante et je ne voudrais pas l'exposer au vu et au su de tous, d'autant que cette personne n'est plus de ce monde, c'est aussi par respect pour cette personne. Merci de me dire si tu es d'accord de voir la vidéo et de me donner ton avis.
Hedwig a écrit :Tu décris si bien notre mal être. Il serait peut être bon que tu evoques la possibilité de voir un spécialiste avec ton médecin. Comme tu dis tu ne peux pas prendre des medocs qui te cassent et ne t'aident pas à voir plus loin et comprendre ce que tu as.
J'ai vu plusieurs médecins, un psychologue, un psychiatre et un neurologue. C'est mon dernier médecin qui m'a le mieux prise en charge et qui a effectivement remarqué une dépression, c'est pour ça que je prends du Citalopram, mais après 23 jours avec ces cachets à 20 mg par jour, je n'en vois pas la fin. Mais j'ai parfois l'impression que le médicament commence à faire effet, je ne sais pas si c'est un placebo, peut-être devrais-je attendre encore un peu avant de jeter l'éponge.

Je ne pense pas avoir d'autres pathologies, en tout cas mes bilans sanguins et urinaires sont parfaits, donc tout vient du mental, et une béquille chimique me semble être la seule solution pour remonter la pente.

J'essayerai de voir tes autres messages et je te redirai si on peut faire une petite collaboration, il est important pour moi d'écrire des choses réelles, si possible avec d'autres personnes. L'histoire que j'écris est assez longue, pas autant qu'un roman, mais il est déjà bien avancé. J'ai une certaine facilité à écrire des récits littéraires et comme c'est une des rares choses dont je suis capable de faire, alors je le fais.

Tu es atteinte de quel(s) trouble(s), Hedwig ?
Surlaroute a écrit :Revivre, ce n'est pas qu'un forum, il y a aussi des rencontres de groupe 3 fois/semaine. Si tu as un suivi médical, c'est bon. Un anti-dépresseur peut mettre jusqu'à 6-8 semaines à faire effet. Toutefois, est-ce que tu as des idées suicidaires?
Je suis dans un pays européen, j'ai déjà été en Amérique (j'ai la nationalité états-unienne depuis 16 ans, ainsi que la nationalité mauritanienne), mais je ne pourrai pas participer à vos rencontres. J'ai en tout cas un suivi médical et je pense continuer le traitement, il serait bête de tout arrêter alors que je suis presque au bout du tunnel, j'ai fait le plus dur (les 2 premières semaines furent rudes !).

J'ai eu des idées suicidaires, mais c'est assez vague. Disons que mourir ne me fait pas peur. J'ai déjà fait des tentatives, jusqu'à me trancher la gorge (heureusement pas suffisamment profondément), mais je n'ai jamais su pourquoi j'en étais arrivée à ce point. Il y a d'autres cas de folies que j'ai eues, mais j'ai toujours été consciente de les faire sans savoir pourquoi je les faisais, jusqu'à vouloir tuer quelqu'un à 3 heures du matin. Consciemment, mais pas dans mes habitudes. Loin de là.

Hedwig
Messages : 861
Enregistré le : 06 avr. 2016, 22:17
Localisation : Martinique (Département Français d'Outre-mer)

Re: Worries of a twenty something

Message par Hedwig » 16 mai 2016, 13:31

Je suis bipolaire de type II. Ce que tu me décris de ton passé me semble plus grave que ta dépression. Es-tu sûre de n'être que dépressive ?
I AM TWO AND I GET ON WELL WITH BOTH MY SELVES

Aïsha

Re: Worries of a twenty something

Message par Aïsha » 16 mai 2016, 13:38

La dépression m'a ammené à des accès de folie, je les appelle comme ça. J'ai eu également, une nuit, l'envie de sortir pour ouvrir les portières de voitures et les dévaliser. Encore une fois, je n'ai jamais su pourquoi j'ai fait ça, d'autant plus que j'ai ramassé plusieurs pactoles (les gens ne ferment pas toujours à clé leur voiture). J'ai honte de l'avoir fait, il est vrai qu'on pourrait penser que mon problème est plus grave que ça mais je pense que c'était l'adrénaline qui me manquait.

Bien sûr, je ne recommande à personne de faire ça... évidemment... je me sens mal pour ces gens qui n'avaient rien fait.

Hedwig, je t'envoie la vidéo par messagerie privée, tu me diras ce que tu en penses. Il faut vraiment que je sois certaine du comportement de la personne dessus. Je t'en remercie par avance !

Hedwig
Messages : 861
Enregistré le : 06 avr. 2016, 22:17
Localisation : Martinique (Département Français d'Outre-mer)

Re: Worries of a twenty something

Message par Hedwig » 16 mai 2016, 14:19

Ses accès de folies comme tu les appelles me font penser à des crises maniaques . La bipolarité (toutes comme d'autres maladies mentales) est longtemps prise pour une dépression parce qu'on explique les choses de notre point de vue et il faut l'œil avisé du spécialiste et des questions bien précises pour nous sortir de nos ressentis et voir la réalité.

Essaie d'écrire tout ce que tu te rappelles, les intervalles, les accès de folies, t'es ressentis dans chaque état, ce qui a déclenché. Tu y verras un peu plus clair et tu pourras expliquer ta situation de façon plus détachée et plus objective à ton médecin.

Les antidépresseurs seuls, rien de pire pour un bipolaire
I AM TWO AND I GET ON WELL WITH BOTH MY SELVES

Répondre